Arts & Culture

Bienvenue dans l’univers artistique de Frank Polson

0 299

Frank Polson, artiste algonquin originaire de Winneway dont la réputation n’est plus à faire, présente, du 23 au 27 août ses expositions Les 7 grands-pères ainsi que Retrospective au Centre d’exposition de Val-d’Or. Cette dernière retrace son parcours créatif depuis ses débuts il y a plus de 20 ans.

Monsieur Polson est aussi en résidence à la même salle d’exposition du 10 au 13 août, où il produira des œuvres sur place, tout en rencontrant le public. Il affirme qu’il fera de la sculpture dans de la pierre de savon pour l’occasion. « Ce genre de projet me permet de créer des ponts entre les cultures en faisant connaître la mienne et en ouvrant le dialogue », exprime-t-il.

L’histoire de monsieur Polson et sa relation avec l’art sont fascinantes. Pour lui, ç’a été une réelle thérapie. Cette discipline lui a permis de chasser les drogues et l’alcool de son quotidien. Il lance d’ailleurs un message d’espoir : « il faut croire en soi et notre vie peut changer ». Très connu à travers le Canada, il a entrepris de nombreuses tournées scolaires où il souhaite valoriser l’aspect libérateur de l’art. « Je crois en la thérapie des couleurs. Moi je dis que les couleurs m’ont guéri. Ça aide mon âme ».

Son art a aussi une portée sociale. Il explique que les représentations qu’il fait de la forêt et de la nature vise à communiquer la symbiose possible avec celle-ci. « Les lignes noires dans mes dessins me sont inspirées par les arbres. Je suis préoccupé par la déforestation. En 25-30 ans, il y beaucoup de forêts qui ont été rasées. Ça défait un équilibre. Quand j’étais petit, j’allais trapper avec mon père. Il m’a montré à vivre dans le bois. On ne se perdait jamais. Maintenant, je me sens perdu dans les forêts où les arbres sont tous coupés. Je pers mes points de repère », raconte-t-il.  Cela nous amène à expliquer la démarche de son exposition Les 7 grands-pères qui est inspiré d’une légende selon laquelle le Grand-esprit avait commandé aux sept animaux Grands-pères de former un enfant qui porterait leurs sept valeurs et ainsi enseignera au peuple à vivre de façon plus saine. C’est dans une écoute profonde de la nature que le projet de monsieur Polson s’inscrit.

Il serait laborieux d’énumérer tous les projets sur lesquels travaille Frank Polson qui est d’ailleurs plus que reconnaissant de pouvoir vivre de sa pratique artistique. Présentement, il en est à créer une trentaine d’œuvres pour une collaboration avec la monnaie royale. Bien qu’il ne puisse en dire davantage, il assure qu’une annonce publique sera faite en temps et lieu. « Ce que je peux dire aussi, c’est que c’est un gros projet et ça va contribuer à faire connaitre l’Abitibi-Témiscamingue ».

Il sera aussi présent à la Foire gourmande pour rencontrer les gens et présenter quelques toiles et des produits dérivés de ses œuvres, dont des t-shirts montrant son travail artistique.

 

 

 

 

 

 

 

About the author / 

Mathilde Mantha

Passionnée de lecture, d’écriture, d’art et de culture, elle a fait des études collégiales en littérature. Son désir de relever des défis l’a conduite au sein de l’équipe du journal le Reflet où elle peut contenter en partie, sa curiosité et son avidité d’information.