Actualités

Célébrer la culture autochtone en milieu scolaire

0 38

Pour le ministère de l’Éducation de l’Ontario, l’éducation des Premières Nations, des Métis et des Inuits est prioritaire. Des politiques, des stratégies et des initiatives ont été mises en place pour appuyer le respect de la diversité et son acceptation dans les écoles de l’Ontario. L’apprentissage de la culture, de l’histoire et des perspectives contemporaines et traditionnelles des Premières Nations, des Métis et des Inuits (PNMI) fait maintenant partie intégrante du curriculum de l’Ontario et des programmes-cadres révisés de différentes matières scolaires. C’est dans cet esprit d’inclusion et de construction identitaire qu’a eu lieu, du 20 au 24 février, la Semaine de la reconnaissance des peuples autochtones dans les écoles de l’Ontario.

L’École secondaire catholique Sainte-Marie (ESCSM) a tenu à souligner l’événement. Tout au long de la semaine, lors des annonces du matin, des messages de sensibilisation ont été partagés aux élèves. Le moment fort fut le vendredi 24 février, en après-midi, alors que des ateliers ont été offerts aux élèves de l’école pour qu’ils puissent en apprendra davantage sur les traditions et les coutumes autochtones tout en brisant les préjugés. Chaque élève devait s’inscrire à deux ateliers parmi les suivants : les sept enseignements sacrés, la cuisson de la banik, le pow-wow, la session de musique des Premières Nations et le cercle rythmique, Water Teaching and the Arboriginal Culture et la carte de Statut indien.

Pour l’ESCSM, c’est la deuxième année qu’une telle sensibilisation a lieu. « L’an passé, deux élèves d’origine autochtone de l’école sont venues me voir pour me demander comment on pourrait faire connaître leur culture.  Elles s’apercevaient que des commentaires blessants étaient dits et elles ont constaté que tout ça venait probablement d’un manque de connaissances à ce sujet.  Nous avons donc échangé pour trouver des solutions et avons décidé d’offrir une demi-journée avec une introduction, deux ateliers et une conclusion à la manière des Premières Nations. Puisque le Conseil scolaire catholique du district des Grandes Rivières encourage le partage d’informations au sujet des Premières Nations, il nous a appuyés financièrement », explique Anne Gadoury-Patenaude, animatrice à la vie culturelle et pastorale à l’ESCSM.

Ayant connu beaucoup de succès, l’initiative était donc de retour cette année. Les élèves et le personnel de l’école ont eu la chance de vivre le tout avec des animatrices passionnées par leur culture et voulant partager leurs connaissances et leurs traditions. La cuisson de la banik, l’apprentissage de pas de danses traditionnelles, le smudging et le cercle rythmique ont fait partie des activités les plus appréciées de cette journée.

Bref, cette attention particulière au sujet de la culture, des perspectives et des traditions autochtones a permis à cette communauté scolaire de découvrir, de comprendre et d’apprécier les contributions des Premières Nations au tissu social et culturel de la région, de la province et du pays.

 

About the author / 

Mathilde Mantha

Passionnée de lecture, d’écriture, d’art et de culture, elle a fait des études collégiales en littérature. Son désir de relever des défis l’a conduite au sein de l’équipe du journal le Reflet où elle peut contenter en partie, sa curiosité et son avidité d’information.