Actualités

Le Centre d’éducation des adultes : une offre de services impressionnante!

0 161

Avec la rentrée scolaire 2018-2019, le Centre d’éducation des adultes (CÉA) de New Liskeard entame une 26e année d’existence sous le signe de la diversité et de la nouveauté.

Un peu d’histoire

Le CÉA a ouvert ses portes en 1992, à Cobalt, afin de fournir un lieu de formation aux personnes qui avaient été affectées par la fermeture des mines de la région. À cette époque, le programme d’assurance-emploi avait accepté de subventionner le CÉA pour qu’il accueille dix apprenants. Il devient ainsi le premier établissement d’enseignement francophone au monde à offrir Pathfinder, un programme d’apprentissage géré par ordinateur. Ce fut le début du programme d’alphabétisation dans la région de Temiskaming Shores.

En 1998, le CÉA déménage à New Liskeard, au 21, rue Armonstrong, dans l’édifice où il se situe actuellement. Jusqu’à aujourd’hui, cinq coordonnatrices se sont succédé, l’offre de services s’est diversifiée, le programme Pathfinder a été remplacé par Nautikos pour ensuite laisser la place aux cours en ligne et la clientèle n’a cessé d’augmenter.

Le financement

Le CÉA reçoit deux financements. Il y a donc deux écoles à une même adresse. D’abord, il y a le ministère de l’Éducation de l’Ontario (MÉO) qui permet d’offrir les cours à crédit qui sont les mêmes que ceux donnés dans une école secondaire traditionnelle. Cet enseignement individualisé et personnalisé s’adresse aux élèves francophones qui veulent obtenir leur diplôme d’études secondaires de l’Ontario (DÉSO). Ensuite, le ministère de la Formation et des Collèges et Universités permet d’offrir de l’alphabétisation et des ateliers de formation sur mesure à New Liskeard, à Haileybury, à Earlton et même chez des employeurs. « Notre conseil scolaire est unique. Nous avons les deux ministères sous le même toit. Si j’ai besoin de faire de la mise à niveau, un même élève peut être inscrit dans les deux écoles. C’est le seul conseil en province qui travaille comme ça », explique Peggy Morin, coordonnatrice de l’établissement depuis l’an dernier.

La diversité et la nouveauté

En plus de l’obtention des crédits obligatoires, les élèves financés par le MÉO ont une période d’éducation physique par jour et ils profitent également du programme de double reconnaissance de crédits (DRC) offert en partenariat avec le Collège Boréal. La DRC permet aux élèves d’obtenir un crédit de la 11e ou la 12e année en plus d’un crédit au Collège Boréal s’ils poursuivent leurs études dans cet établissement. Cette année, une deuxième enseignante a été embauchée à temps partiel, permettant ainsi d’accueillir plus d’élèves.

Du côté de l’alphabétisation et de la formation aux adultes, l’offre en informatique et technologie est des plus diversifiées : Publisher, Excel, Word, iPad, Samsung, etc. D’autres cours ont été ajoutés à l’horaire. C’est le cas, notamment, de la création de divers projets avec Word, conversation en anglais, esthétique et bien-être et cuisine économique et nutritive. Ce dernier permettra aux adultes inscrits de cuisiner le lundi à l’heure du souper et de repartir avec les mets qu’ils auront préparés.

Pour cette 26e année déjà bel et bien amorcée, l’objectif de Madame Morin est d’augmenter la clientèle qui fréquente le CÉA. « Techniquement, j’aimerais avoir 180 élèves dans mes deux écoles », mentionne-t-elle avec confiance. Il s’agit là d’un objectif réaliste, car elle en comptait 177 l’an passé.

About the author / 

Dominique Roy