Actualités

Chambre de commerce Témis-Accord

0 75

À la recherche de la perle rare

Le 28 novembre dernier avait lieu l’Assemblée générale annuelle de la Chambre de commerce Témis-Accord. Ce fut le moment propice pour faire un bilan, mais aussi mettre sur la table les différents projets de l’organisme. Pour sa première année à titre de président, Guillaume Gonzalez se dit satisfait. « L’année s’est bien passée, mais ce fut compliqué de mettre en branle nos projets sans ressource humaine ». La Chambre subit elle aussi les contrecoups de la crise de la main-d’œuvre alors qu’elle cherche toujours une personne pour coordonner leurs activités.

Malgré tout, le conseil d’administration bénévole a organisé son annuel tournoi de golf, sa seule source de financement à l’exception du membership. L’équipe a aussi continué la promotion de son programme d’achat local. « Nous comptons une vingtaine de commerces participants et espérons bonifier la participation d’entreprises l’an prochain. Il est évident que lorsque nous aurons engagé quelqu’un, cela aidera grandement à la promotion et au développement du programme. »

Un autre bon coup de la Chambre de commerce Témis-Accord est la collaboration, à différents niveaux, avec la Chambre de commerce de Temiscaming-Kipawa. « La ressource que nous voulons engager est conjointe. Elle travaillera pour les 2 Chambres, ce qui permet un emploi à temps plein. Ensemble, ainsi qu’en partenariat avec la Société de développement du Témiscamingue et Services Québec, nous organisons un déjeuner-conférence, Réseau RH+, le 5 décembre prochain au Centre Frère-Moffet. Après cette conférence, les entrepreneurs présents auront accès à une consultation en ressource humaine à moindre coût.» Les défis pour la prochaine année sont nombreux et le président en est conscient. « J’invite les entrepreneurs à se joindre au conseil d’administration. Nous avons besoin d’eux pour développer la Chambre. Nous avons besoin de plus de pouls de la part des gens d’affaires afin de faire grandir la Chambre. Nous sommes conscients que nous devrions être encore plus proactifs, mais nous avons besoin des entrepreneurs pour ça », de conclure monsieur Gonzalez.

About the author / 

Karen Lachapelle