Actualités

CISSSAT : Le PDG à la rencontre de la population

0 125

Entamée au début du mois de mai, la tournée régionale du président directeur général du Centre intégré de santé et services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) auprès de la population faisait un dernier arrêt par la MRC de Témiscamingue, le 12 juin dernier. Si habituellement, le Centre de santé est un sujet qui passionne les Témiscamiens, seule une citoyenne s’est présentée lors de cette rencontre publique.

Malgré la faible assistance, le PDG, monsieur Desjardins, a tenu à faire un point sur les sujets les plus préoccupants pour la population concernant l’hôpital de Ville-Marie.

Agrandissement
Comme indiqué il y a quelque temps, à la suite d’un dépassement non négligeable (11 M$) des soumissions reçues, le CISSSAT a décidé de repartir en appel d’offres, mais en le divisant en 3 phases afin de réduire les coûts. Le premier appel d’offres, actuellement en cours, prendra fin le 21 juin. Les travaux devraient ensuite s’étaler sur 8 à 10 mois, avec une garantie stipulée dans l’appel d’offres, de commencer avant les vacances de la construction.

Hotte
Ce n’est un secret pour personne, la hotte de l’hôpital, qui permet de fabriquer des médicaments sur place, est rendue désuète et beaucoup spéculaient sur sa fermeture. Le PDG s’est voulu rassurant en confirmant que la hotte ne fermera pas et qu’elle sera rénovée pour être aux normes. Les travaux, estimés à 800 00$, débuteront sous peu se termineront au plus tard au printemps 2019. Autre défi concernant la hotte, celui des employés y opérant. Puisqu’il n’y a pas de pharmaciens permanents, ce sont des pharmaciens dépanneurs qui officient, mais ces derniers manquent de certifications. Cependant, le PDG a confirmé qu’ils sont en voie de les obtenir. Concernant les assistants-techniciens, ne faisant pas assez de volume à Ville-Marie, ils effectueront des stages dans les autres hottes de la région afin de maintenir leur expertise.

Oncologie
Il y a quelques semaines, le CISSSAT annonçait qu’il n’y aurait pas d’oncologue à Ville-Marie jusqu’à l’automne prochain et que le suivi se ferait à distance par télémédecine. Là encore, le PDG s’est voulu rassurant en indiquant que la première rencontre se fait toujours en personne. Seuls les suivis se font à distance (via un écran), mais toujours en présence de son médecin de famille ou infirmière attitrée.

Anesthésiologie
Le retour du docteur De Ladurantaye à ce service est bien confirmé pour l’automne. L’attente entourant la confirmation de son retour était notamment due à son titre, omnianesthésiologiste, nécessitant désormais une dérogation (obtenue) pour pouvoir opérer au Québec. Sur l’annonce d’un établissement parrain obligé de couvrir toutes les ruptures de ce service, elle est toujours d’actualité et l’hôpital de Ville-Marie a même été confirmé comme prioritaire au Québec par voie de communiqué émanant de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ). Mais le CISSSAT n’ayant aucune prise sur ces négociations, il ne peut confirmer la date ou cette mesure prendra effet.

Photo: Yves Desjardins, PDG du Centre intégré de santé et services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue.

About the author / 

Guillaume Gonzalez