Actualités

Un comptoir Jean XXIII tout neuf

0 287

Le comptoir Jean XXIII de Ville-Marie a tout nouvellement réouvert ses portes après avoir fait peau neuve. En effet, ceux qui ont eu la chance de visiter les nouveaux locaux ont remarqué l’espace que les rénovations ont apporté. Pour les bénévoles aussi, le travail a été facilité par cette nouveauté. « Nous avons pu réaménager nos installations et, désormais, nous exposons beaucoup plus d’articles et la circulation entre les rangées est beaucoup plus facile », indique Ghislaine Bellemare, présidente du comptoir Jean XXIII.

 

La place qu’il faut

L’équipe du comptoir Jean XXIII a profité des rénovations du local adjacent au leur pour demander un agrandissement. Désormais, les locaux du comptoir sont plus grands de 33 pieds par 20 pieds. « Tout cet espace rend l’expérience de magasinage beaucoup plus attrayante. Les livres, les vêtements et les articles de vaisselle sont facilement accessibles », ajoute madame Bellemare. Le surplus d’espace leur a également permis d’aménager une salle de travail plus grande et plus commode pour les bénévoles. « Déjà, simplement de ne plus bousculer les clients lorsque nous allons classer les nouveaux arrivages sur les supports et dans les étagères rend notre travail beaucoup plus plaisant » précise Ghislaine Bellemare. L’espace de stockage est également plus important et permet à l’organisme de pouvoir recevoir davantage.

 

Redonner à la société

La mission du comptoir Jean XXIII est encore et toujours d’aider les gens dans le besoin, entre autres en vendant moins cher des articles de qualité. Il est ouvert quatre jours par semaine et comporte une équipe définie de bénévoles par jour. « L’argent de la vente des articles permet de faire vivre le commerce, de payer le loyer et l’électricité par exemple, puis les surplus sont remis à différents organismes de la région », partage madame Bellemare. En effet, plusieurs ont déjà bénéficié de l’aide du comptoir Jean XXIII, dont les Paniers de Noël du Témiscamingue, l’Actia, l’Entretoise, le Centre des femmes du Témiscamingue, le Groupe IMAGE, la maison Oxygène, la maison l’Équinoxe, la Fondation de l’hôpital, la Fondation Philippe-Chabot et Mission Tournesol, entre autres. Le comptoir Jean XXIII permet également de briser l’isolement, autant auprès des clients que des bénévoles. « S’impliquer au comptoir Jean XXIII permet de se sentir utile. C’est une belle atmosphère de partage et de collaboration où l’on peut redonner aux autres et, en plus, c’est un geste écologique », relève Yvette Duquette, nouvelle bénévole pour le comptoir depuis cette année.

 

Toujours le même service

Pour les habitués, le fonctionnement est semblable. « Pour les dépôts de vêtements et d’autres objets, une porte coupée en deux sur la gauche de l’établissement permet de laisser vos sacs en tout temps » exprime madame Bellemare. Les bénévoles demandent à la population de continuer à faire attention à ce qu’ils mettent dans leurs sacs. « Nous n’avons pas de service de couture, donc tout ce qui est troué ou tâché doit être trié. Notre tri est considérablement ralenti par ces vêtements et objets qui ne peuvent pas être revendus. Nous demandons à la population de se poser la question « est-ce que je l’achèterais ? » avant de mettre un article dans un sac pour le comptoir Jean XXIII » explique la présidente. Comme toujours, le comptoir n’offre pas de meubles ni d’électroménagers car l’espace manquerait pour tout entreposer. « Nous invitons la population à nous visiter souvent car nous ajoutons de nouvelles trouvailles presqu’à tous les jours. Il y a de très belles choses au comptoir Jean XXIII qui ne demandent qu’à être découvertes », termine Ghislaine Bellemare.

About the author / 

Claudelle Rivard