Actualités

La corde à sauter et l’art du spectacle

0 217

Le 23 avril dernier, les élèves des écoles primaires de Latulipe et de Saint-Bruno-de-Guigues ont assisté à un spectacle de cordes à sauter donné par la troupe PPF (ponctualité, plaisir, français) de l’école Saint-Michel de Temiskaming Shores.

Un spectacle de cordes à sauter?
Oui, vous avez bien lu! La troupe de l’école ontarienne compte maintenant sur 36 années d’expertise aux sauts à la corde. L’idée vient à l’époque de l’enseignant Yvon Labonté, désirant démontrer qu’il est possible de faire de l’activité physique avec peu de moyens.  Il faut dire que ce projet s’inscrit désormais dans l’ADN de l’école. Mélanyse Labonté, entraîneur de l’équipe informe que 200 élèves se sont présenté aux auditions en septembre dernier. « On les choisit pour leur sens du spectacle, parce qu’au moins 80 % des élèves de l’école pratiquent régulièrement le saut à la corde lors des récréations. Il y a vraiment un intérêt général chez nos élèves ». Du lot, 41 d’entre eux ont pu accéder aux rangs prestigieux et convoités de la troupe. Ils s’entraînent deux matins par semaine ainsi que quelques soirées et durant la plupart de leurs récréations. Dans les dernières années, l’équipe s’est déplacée en tournée scolaire jusqu’à Toronto pour y donner des spectacles.

Selon Ménalyse Labonté, le projet brille par son unicité. « Je ne pense pas qu’il existe d’autres groupes qui font des spectacles dans le Canada. Nous savons qu’un groupe existe aux États-Unis ».

Des sauteurs talentueux et inspirants
Il fallait voir la troupe en action pour comprendre les étincelles dans les yeux des enfants qui assistaient à la performance. Acrobaties, sauts croisés, sauts à plusieurs cordes, grands écarts : les élèves en ont eu plein la vue. Les sauteurs ont certes inspiré les jeunes avec leur charisme, leur talent et leur harmonie de groupe. Il est aussi indéniable que leur forme physique est exceptionnelle puisqu’ils ont sauté pendant une heure. Les jeunes sont dévoués et font tous jusqu’à la logistique technique, le transport du matériel, etc. On sent au premier regard un engagement profond. Leur sourire et leur énergie témoignent aussi de leur plaisir.

Ménalyse Labonté confirme les impressions « ils développent leur sens des responsabilités et le sens de la famille puisque le groupe est tissé serré. Ils apprennent l’entraide le leadership et la créativité ».

About the author / 

Collaboration spéciale