Actualités

COVID-19 : L’économie est-elle en danger en Abitibi-Témiscamingue?

0 1012

Malgré l’annonce du plan fédéral de mesures économiques d’urgence qui totalise 82 milliards de dollars en aide pour les entreprises et les citoyens, les Témiscabitiens réclament des éclaircissements quant à la manière de procéder afin de se procurer les aides et ces assistances d’urgence en ce temps de crise.

L’Abitibi-Témiscamingue, très connue par ses créneaux techno-mines souterraines, ses systèmes de construction en bois et son agriculture nordique axée sur la production bovine, traverse actuellement une situation d’incertitude et ce, dans l’attente d’une mise en œuvre concrète de l’ensemble des mesures annoncées par les différents paliers du gouvernement. Cette incertitude des milliers de travailleurs et entreprises qui attendent de l’aide du fédéral ne sera calmée qu’une fois le processus de la mise en application de ces mesures sera concrétisé auprès des bénéficiaires.

Nos entreprises à l’épreuve!

L’argent qui sera versé en vertu du projet de loi C-13 et qui met en œuvre le plan d’urgence de 82 milliards de dollars est attendu en Abitibi-Témiscamingue afin de soutenir les citoyens, les travailleurs et les entreprises de la région. D’ailleurs, la situation dans les mines n’est pas non plus très productive puisque plusieurs compagnies de la région ont annoncé la réduction de leurs opérations. Cette réduction d’activités prévues dans les complexes industriels et miniers va nuire, non seulement à la situation financière de plusieurs familles et travailleurs, mais aussi à l’ensemble de la communauté de la région et celle de notre province.

La COVID-19 a également poussé certaines compagnies à suspendre, pour une période indéterminée, un certain nombre de programmes et d’activités qui constituaient habituellement un carrefour d’emplois saisonniers pour un certain nombre de Témiscabitiens et Témiscabitiennes. Cette catégorie de travailleurs, temporaires et saisonniers, plonge pareillement dans un sentiment d’anxiété et d’inquiétude à l’égard de la situation actuelle et en attente de l’applicabilité des mesures spécifiques à leurs situations.

L’attente à l’infini

Bien que les Témiscabitibiens, en difficulté financière en raison de l’épidémie de coronavirus, pourront obtenir 2000 $ par mois pendant un maximum de 4 mois, la question de délai quant à la réception du premier chèque ainsi que la non-clarté des critères d’admissibilité à ce programme inquiètent encore la population de la région.

Le gouvernement fédéral prévoit la mise en disponibilité de cette aide d’urgence en ligne avant le 6 avril. Il faudra 10 jours pour que l’argent soit acheminé au bénéficiaire. Il semble que ce plan ne tient pas sérieusement en compte la situation d’une grande majorité de travailleurs et de familles qui vivent d’une paie à l’autre et qui n’étaient pas capables de faire des économies en prévision de cette situation de crise et de pause économique. Les Témiscabitiens, qui vivent des difficultés dans ce contexte généré par le coronavirus, réclament davantage de flexibilité et surtout exigent une efficience et efficacité dans la mise en application des programmes d’urgence et des outils d’assistance socio-économique.

L’appel des immigrants…

Les immigrants, cette catégorie des gens qui constituent un élément vital pour la machine économique de l’Abitibi-Témiscamingue, se trouvent eux aussi perturbés et surtout dépassés par l’évolution de la situation. Certains voient leur statut légal en cours d’expiration et se demandent comment régler leur situation notamment quant à la réception des documents de leur pays d’origine et la rapidité du traitement des dossiers auprès du gouvernement fédéral en ce temps de pause et de ralentissement administratif. Une autre catégorie d’immigrants en Abitibi-Témiscamingue traverse une situation d’incertitude et se pose plusieurs questions quant à leur possibilité de bénéficier des assistances gouvernementales dans le cadre de ce plan d’urgence fédéral. Cette catégorie, qui ne se trouve pas dans la case des citoyens ni des résidents permanents, se voit très fragilisée en ce temps de pause économique.

Le Reflet témiscamien inc. reconnaît l’aide financière qui lui a été accordée par l’Initiative de journalisme local pour l’appuyer dans ses activités journalistiques.

About the author / 

Moulay Hicham Mouatadid