Actualités

Le Défi têtes rasées a permis d’amasser 5 440$

0 115

Éric Lepage se faisant raser


Le Défi tête rasée au profit de Leucan a eu lieu le samedi 13 mai au Barbe Broue Pub de Ville-Marie.  Ce sont sept personnes qui se sont fait raser pour un total de 5 440 $ amassés.

Selon les propriétaires du Barbe Broue Pub, Éric Lepage et Carole Marcoux, c’est sans doute l’esprit solidaire des petites communautés qui garantit chaque fois le succès de telles campagnes au Témiscamingue. « C’était très émotif, mais tout en sobriété. C’est un geste puissant à poser pour montrer aux personnes atteintes du cancer que nous les soutenons », explique madame Marcoux.

Pour le couple, un des moments particulièrement émouvants de la journée était lorsqu’Estelle Brouillard-Neveu est allée faire raser sa chevelure en solidarité envers son arrière-petite-fille Mélia, atteinte de leucémie. « C’est une femme radieuse », témoigne madame Marcoux.

Un autre point culminant de la journée fut lorsqu’est venu le tour d’Éric Lepage. Il avait fait le pari de raser ses cheveux et sa barbe pour la cause. « Avec le pub, ma barbe, c’est un peu ma marque de commerce, de là le nom « Barbe Broue Pub », explique-t-il. L’homme s’est beaucoup impliqué cette année pour le cancer, d’une part pour mission Tournesol avec un spectacle-bénéfice, le brassage de la bière Tournesol et en assurant la présidence d’honneur de la Semaine en jaune. « J’ai vécu la mortalité d’un proche à la suite d’un cancer, alors ça prenait tout un sens pour moi de m’impliquer. C’était la suite logique de l’épreuve qu’on a vécue », exprime-t-il.

Les Témiscamiens ont offert une autre preuve de leur générosité. Les 5 440 $ seront entièrement remis à Leucan qui supporte moralement et financièrement les enfants atteints de leucémie ou de cancer ainsi que leur famille.

 

About the author / 

Mathilde Mantha

Passionnée de lecture, d’écriture, d’art et de culture, elle a fait des études collégiales en littérature. Son désir de relever des défis l’a conduite au sein de l’équipe du journal le Reflet où elle peut contenter en partie, sa curiosité et son avidité d’information.