Actualités, Ontario

Des coupures budgétaires pour les bibliothèques publiques de l’Ontario

0 45

Depuis l’entrée au pouvoir du gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford en juin dernier, l’Ontario vit au rythme ahurissant des coupures budgétaires. Éducation, services en français, service à l’enfance, services sociaux et communautaires, environnement, affaires autochtones et agriculture sont des exemples de secteurs plutôt érodés depuis la dernière année. La présentation du budget 2019, en avril dernier, a fait d’autres victimes, dont les Services de bibliothèques de l’Ontario qui voient leur budget amputé de moitié, soit une perte de plus d’un million de dollars. Du côté de Temiskaming Shores, ce sont les succursales de New Liskeard et d’Haileybury qui en subissent les conséquences.

Impacts

En Ontario, les bibliothèques publiques dépendent de deux organisations : Services des bibliothèques du Nord (OLS-North) et Services des bibliothèques du Sud (SOLS). Déjà, OLS-North, qui gère les bibliothèques du nord de l’Ontario, a dû mettre à pied cinq employés qui étaient à temps plein alors que la tâche d’un sixième employé fut réduite à temps partiel. Cette coupure représente une diminution de la moitié des effectifs.

OLS-North gère un consortium appelé Joint Automation Server Initiative, un projet conjoint qui permet aux bibliothèques d’utiliser un logiciel pour comptabiliser les entrées et les sorties des livres. Il permet aussi aux clients de prendre connaissance de ce qui est offert à leur bibliothèque, de renouveler et même de réserver des titres sans avoir à se déplacer. Madame Rebecca Hunt, directrice générale de la Bibliothèque publique de Temiskaming Shores, se dit inquiète quant à l’avenir de ce consortium. Les mises à pied auront peut-être un impact sur la gestion de ce système. « On retournerait à l’âge des ténèbres si nous devions perdre l’accès à nos ressources électroniques », mentionne-t-elle.

Quant à l’organisme SOLS, même s’il est situé à Toronto, son mandat consiste, entre autres, à assurer le prêt de livres entre les bibliothèques de la province, un service qui a pris fin au cours des derniers jours.

« Cela a un impact sur nos clients, car nous ne sommes plus en mesure de leur procurer des livres que nous n’avons pas dans nos collections, ce qui pourrait, en fin de compte, avoir une incidence sur notre budget parce que nous devrons acheter plus de livres de formats différents ou de sujets spécialisés. Nous ne pouvons plus compter sur ce service de prêt », explique Rebecca Hunt.

En 2018, ce service répondu à 375 demandes pour les clients de Temiskaming Shores.

Une pétition circule actuellement, demandant au gouvernement de Doug Ford de revenir sur sa décision. Un communiqué de presse envoyé par Rebecca Hunt invite d’ailleurs la population à la signer en se présentant à l’une des deux succursales de Temiscaming Shores. Quant au conseil administratif de la bibliothèque, il encourage les clients à contacter John Vanthof, le député provincial, et Michael Tibollo, ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport, pour faire part de leurs inquiétudes.

Crédit photo: Myriam Rivard et Emma Bailey

About the author / 

Dominique Roy