Actualités

Des élèves pour la protection des milieux aquatiques

1 177

Du 22 au 24 mai derniers avaient lieu les journées de la nature de la fondation David Suzuki. L’Organisme des bassins versants du Témiscamingue, par son projet Engagés au fil de l’eau, accompagnait des élèves de premier et troisième cycle de l’école primaire de Belleterre dans la plantation de 100 arbustes constituant une bande riveraine sur une berge du lac Simard.

Grâce à des expériences scientifiques, les élèves ont été accompagnés tout au long de l’aventure afin que l’activité comporte un volet pédagogique important. Ce qu’ils tentaient de comprendre, c’était la corrélation entre la couleur de l’eau et l’érosion des rives. Selon la biologiste et coordonnatrice du programme, Ophelie Drevet, il y a plusieurs facteurs pouvant influencés la couleur de l’eau, mais très souvent, les eaux brunâtres sont signe que les berges subissent de l’érosion. C’est ce que les élèves ont tenté de démontrer grâce aux expériences. Ils ont également pu constater qu’une eau brouillée n’est pas nécessairement polluée, tout comme une eau claire n’est pas synonyme d’eau saine. Ils ont ensuite pu appliquer leurs apprentissages sur le terrain. Les élèves ont appris que la végétation en bordure des cours d’eau a un impact sur l’habitat faunique, sur la rétention de l’eau, sur l’ombrage, sur l’érosion et la filtration. Ces nouvelles connaissances donnaient tout son sens à l’activité. Les 19 élèves se sont donc engagés au fil de l’eau en posant une action concrète pour améliorer la condition du lac. Selon Ophelie Drevet, le travail touche aussi la sensibilisation. Les élèves prennent conscience de leur environnement, de sa précarité et ils comprennent que certains gestes peuvent avoir un impact positif ou négatif.

Engagés au fil de l’eau a également réalisé un projet d’installation de nichoir avec des élèves de premier secondaire, à l’école du Carrefour de Latulipe. Intégrer à leur cours de sciences et technologies, ils ont construit des nichoirs destinés à aider à la reproduction des canards branchus et aux hirondelles bicolores. Ils y travaillaient depuis le mois de janvier, mais elles ont été installées le 8 mai dernier, à Récré Eaux des Quinze. L’importance d’un tel geste vient du fait que les activités humaines font en sorte que les oiseaux nicheurs ont de moins en moins de repères naturels adéquats pour leur reproduction. La plupart des élèves se sont réjouis de l’aboutissement de ce projet de longue haleine. La motivation des jeunes était palpable, estime Ophelie Drevet. Elle est d’ailleurs très fière de leur participation et de leur intérêt.

About the author / 

Collaboration spéciale