Actualités

D’intéressantes bourses d’études

0 67

Chaque année, en collaboration avec des collèges et des universités du Canada, l’organisme Français pour l’avenir / French for the future organise le Concours national de rédaction. Celui-ci s’adresse aux élèves inscrits dans un programme de français de la 10e, 11e, 12e année ou de 4e et 5e secondaire. Les bourses à gagner varient de 1000 $ à 12 000 $. Pour l’année scolaire 2018-2019, les participants devaient rédiger un texte de 750 mots en répondant à la question suivante : Comment améliorerais-tu le bien-être des élèves du secondaire? Le nom des gagnants vient tout juste d’être dévoilé, et du lot, des élèves de Temiskaming Shores ont su se démarquer.

Quatre gagnants de la région font partie de la catégorie Français langue seconde. Il s’agit d’Abbey Foley (1000 $ de l’Université d’Ottawa), Kirsten Murphy (2000 $ du Collègue Boréal), Emma Rivard (4000 $ de l’Université de Montréal) et Kaitlyn Allen (8000 $ de l’Université de Montréal). Ces élèves de l’école TDSS ont participé au concours dans le cadre de leur cours d’immersion en langue française.

Dans la catégorie Français langue maternelle, Kayla Gosselin de l’ESCSM est l’heureuse gagnante d’une bourse de 5000 $ de l’Université Sainte-Anne (Nouvelle Écosse). Sylvie Plante enseigne le français à cette école, et ce concours fut l’occasion idéale de proposer une tâche authentique qui pouvait rapporter gros à ses élèves de la 11e année préuniversitaire. « C’est la première année que je propose le concours aux élèves. Le sujet était fort intéressant et j’étais curieuse de lire leurs suggestions. Par conséquent, tous ont dû écrire le texte et tous ont voulu le soumettre », explique-t-elle. Kayla Gosselin avoue avoir mis beaucoup d’efforts à la rédaction de cette dissertation. Pour elle, le bien-être des élèves passe par l’ajout de l’apprentissage et de la pratique de la méditation au curriculum du secondaire, le port de l’uniforme et l’utilisation de romans électroniques dans les cours de langue. En plus de la bourse, son écrit a permis d’apporter des changements à son école. « En fait, grâce à l’initiative et l’aide de mon enseignante, Mme Sylvie Plante, mon conseil scolaire a approuvé l’achat de tablettes et de romans électroniques qui aident plusieurs autres élèves qui, comme moi, bénéficient d’un style d’apprentissage différent », mentionne-t-elle. C’est ce qu’on appelle faire d’une pierre deux coups!

About the author / 

Dominique Roy