Actualités

Dossier spécial FEMME : Les femmes et la politique municipale

0 165
Photo : Carmen Côté, mairesse actuelle de Saint-Bruno-de-Guigues

Comment se porte la condition féminine chez nous? Nous voulions voir quelle est la place des femmes au Témiscamingue. Quelle place prennent-elles et quelle place leur laisse-t-on? Nous nous sommes posé cette grande question en réunion éditoriale et nous avons eu envie d’aller sonder le terrain. Le mois de mars avec sa Journée internationale de la femme nous semblait être un moment propice à l’exploration d’un tel sujet.


Il est récent dans l’histoire du Québec que les femmes aient leur place en politique. Rappelons qu’il a fallu attendre jusqu’en 1940 avant que celles-ci puissent voter. C’est en 1961, en pleine révolution féministe, qu’est élue Marie-Claire Kirkland, première femme à faire son entrée à l’Assemblée nationale du Québec.

Au Témiscamingue, la première femme élue a été Odile Marleau Daoust dans la municipalité de Saint-Eugène-de-Guigues en 1972. La première mairesse fut élue en 1985 à Saint-Bruno-de-Guigues, il s’agit de Georgette Beauvais. D’abord impliquée auprès de groupes de femmes, elle brigue un siège de conseillère en 1980.  Appréciée de ses collègues et de la population, elle défait ses deux homologues masculins, candidats à la mairie. Dans le collectif dirigé par Francine Hudon en 1988, Histoire des femmes témiscamiennes, madame Beauvais se confie : « je pense qu’on exige encore et toujours plus aux femmes qu’aux hommes (…) Si une femme s’exprime plus durement, on dit qu’elle a un mauvais caractère. D’un homme, on dit qu’il s’affirme ».

Lisez la suite dans le journal du 7 mars prochain…


Le sujet vous intéresse? Vous voulez en lire davantage? Ouvrez le journal du 7 mars pour l’intégral de ce texte sur les femmes en politique municipale au Témiscamienne. Veuillez noter que chaque semaine du mois de mars, un article sur divers sujets touchants les femmes sera publié dans notre Dossier spécial FEMME.

About the author / 

Mathilde Mantha

Passionnée de lecture, d’écriture, d’art et de culture, elle a fait des études collégiales en littérature. Son désir de relever des défis l’a conduite au sein de l’équipe du journal le Reflet où elle peut contenter en partie, sa curiosité et son avidité d’information.