Actualités

Une éducation à la démocratie

0 155

Les élèves de l’école secondaire Rivière-des-Quinze de Notre-Dame-du-Nord ont fait leur devoir de citoyen le 28 septembre dernier. En effet, grâce au programme Électeurs en herbe, les élèves ont pu voter exactement comme s’ils étaient des électeurs en bonne et due forme avec isoloirs et bulletins de vote officiels.

Électeurs en herbe est un programme organisé par Élections Québec. Le fonctionnement est simple. Lorsqu’une école adhère au programme, les bulletins de vote, les isoloirs et l’urne leur sont envoyés déjà prêts pour l’activité de vote. C’est alors à la discrétion des organisateurs de choisir quels niveaux scolaires participeront et quand aura lieu la période de vote. Pour l’école secondaire Rivière-des-Quinze, ce sont les cinq niveaux qui ont participés lors de la première période du 28 septembre. « Nous avions fait beaucoup pour informer les élèves », explique Josée Prévost, professeure et membre de l’organisation de l’activité, « ils étaient bien éclairés pour faire leur choix ». Toutes les classes de l’école parlaient des élections, des débats et décortiquaient les différents partis avec leurs professeurs dans certains cours. Les 3e, 4e et 5e secondaire ont également pu poser leurs questions aux quatre candidats principaux lors d’une rencontre organisée à l’école. Quelques élèves ont aussi accompagné madame Prévost au débat des candidats présenté au Rift. De plus, une étudiante de secondaire 5 a aussi réalisé une vidéo promotionnelle pour encourager les gens à aller voter le 1er octobre. Le tout s’est terminé avec la période de vote pour les élèves.

À tour de rôle, par niveau, les élèves étaient appelés. « Nous avons réussi à faire voter près de 270 élèves en 45 minutes », précise madame Prévost. Pour cela, il a fallu que l’activité soit bien organisée. Les bulletins de vote comportaient exactement les mêmes candidats que pour ceux de la circonscription Rouyn-Noranda-Témiscamingue. Ils avaient quatre isoloirs et une urne. Des élèves tenaient le rôle de vérificateurs, sous la supervision de Josée Prévost et de Sabrina Riedel-Roy.

« Ce qui est intéressant, c’est de comparer les résultats à ceux des véritables élections », explique madame Prévost. Une activité semblable avait eu lieu lors des élections de Christine Moore. « Les résultats de notre école étaient très près de la réalité », ajoute-t-elle. Élections Québec a demandé que les résultats des écoles restent secrets jusqu’au 1er octobre, 20 h, heure de fin de la période de vote. « Même s’il s’agit d’une fausse élection, elle peut tout de même influencer les électeurs », précise madame Prévost « un peu comme les résultats d’un vote par anticipation ».

Les élèves se sont bien prêtés au jeu. « Aucun élève n’a refusé de participer et seulement 5 des 263 votes ont été refusés, preuve du sérieux de leur démarche », explique madame Prévost. Deux raisons ont motivé les professeurs à organiser cet événement. Premièrement, plus les jeunes sont invités à voter tôt, plus cela devient une habitude. « On souhaite que cette habitude chez eux perdure », explique Josée Prévost « les gens qui ne votent pas n’intéressent pas les partis, donc si les jeunes ne votent pas, le gouvernement ne s’attardera pas à leurs besoins ». Deuxièmement, les résultats de ces simulations d’élections sont recueillis par Élections Québec et analysés. Le gouvernement et les partis pourront alors s’attarder aux résultats.

Comme des élections fédérales auront lieu l’année prochaine, ils désirent réitérer l’expérience. « Les jeunes sont intéressés par ce qui est dit lors des élections, il y a des aspects qui les préoccupent », remarque madame Prévost.

About the author / 

Claudelle Rivard