Actualités

Encourager la persévérance scolaire

0 125

Du 11 au 15 février se tenaient les Journées de la persévérance scolaire sur l’ensemble du Québec. Au Témiscamingue, plusieurs actions ont été posées, que ce soit dans les centres de la petite enfance, les écoles et autres organismes. Le comité local en persévérance scolaire du Témiscamingue a également mis la main à la pâte et a réalisé plusieurs activités pour l’occasion. Le thème de cette année était Nos gestes, un + pour leur réussite.

Lundi, ce fut le lancement de l’arbre de la persévérance. Toutes les institutions, employeurs, gestionnaires, entrepreneurs, élus et bien d’autres étaient invités à écrire, dessiner ou illustrer un geste ou un encouragement qu’ils font dans leur quotidien sur une feuille en forme de feuille d’arbre. Ils pouvaient ensuite installer une silhouette d’arbre dans leur établissement et y accrocher les feuilles. Il était aussi possible d’envoyer ces mots et dessins à Amélie Brassard, agente de projet en persévérance scolaire, pour qu’elle l’ajoute à l’arbre présent au Carrefour Jeunesse Emploi du Témiscamingue (CJET). Le choix de l’arbre est un symbole qui se promène bien et qui permet une grande créativité. Plusieurs ont créé leur propre arbre et un montage de toutes ces belles créations pour encourager les jeunes a été diffusé sur les réseaux sociaux la semaine suivante. Tous ceux ayant participé à l’arbre ont également reçu un certificat de la persévérance. « Comme cette action est nationale, avec le mot-clic #JPS2019, il est possible de retrouver tous les arbres de la persévérance du Québec » partage madame Brassard.

De petits cadeaux ont également été remis lors de la semaine. Les jeunes en milieu de garde ont reçu des autocollants avec des mots d’encouragements et aux couleurs des Journées de la persévérance scolaire. Les enfants de la maternelle, 4 et 5 ans, ont reçu des balles antistress en forme de pommes. Grâce à la collaboration du club de l’Âge d’Or de Latulipe, de la Table de concertation pour Personnes âgées du Témiscamingue et du CJET, les enfants de première à quatrième année ont reçu chacun une petite roche sur laquelle était inscrit un mot d’encouragement ou de persévérance. Les mots ont été choisis soigneusement. Les directions des écoles avaient préalablement interrogé les élèves pour savoir quels mots avaient le plus de signification pour eux. Plus de 1000 roches ont été remises. Les cinquième et sixième années ont reçu des macarons arborant le ruban de la persévérance scolaire.

Dans les écoles secondaires ont eu lieu les midis de la persévérance scolaire. Pour l’occasion, les élus se sont déplacés et ont offert une oreille attentive aux propositions que les jeunes avaient pour agrémenter leur municipalité. « Un de mes plus beaux moments a eu lieu dans une de ces rencontres. Une jeune étudiante à Rivière-des-Quinze a expliqué qu’elle fait du patinage artistique, mais qu’elle ne peut jamais aller patiner à la fin des cours, car la patinoire de sa municipalité est déblayée plus tard en soirée. L’élu en question a applaudi l’idée et s’est même surpris que le conseil municipal n’y ait pas pensé avant, vu la logique de la réflexion » avoue Amélie Brassard. Les étudiants des écoles secondaires ont également reçu des macarons, comme les cinquième et sixième années. À l’école Marcel-Raymond, au Centre Frère-Moffet et à l’école Rivière-des-Quinzes, ils ont également mis sur place un Photoboot avec Polaroïd. Les étudiants avaient alors l’opportunité de prendre une photo avec le maire ou la mairesse, une belle méthode brise-glace pour entrainer des discussions intéressantes. Le Photoboot a bien fonctionné et plusieurs instantanés se promènent sur le territoire.

Mercredi, Michel Laplante a offert une conférence. Le message de celle-ci était que l’on peut toujours être la bonne personne, à la bonne place, au bon moment, qui va dire la bonne chose qui va donner des ailes à un jeune. En racontant son parcours de vie, il a illustré le fait que ce sont que de simples paroles qui lui ont donné la force et la confiance pour persévérer dans son parcours. C’était également la journée en vert et plusieurs personnes portaient un petit accessoire ou vêtement vert pour l’occasion.

Jeudi, des pommes ont été remises sur l’ensemble du territoire de la région. Dans le secteur est, le Magasin Hein et la Quincaillerie de l’Est offrait des pommes. À Notre-Dame-du-Nord il y avait des gens qui remettaient des pommes aux automobilistes tout près du pont. Pour Témiscaming, les remises de pommes se faisaient à proximité du restaurant TemRose. Pour Ville-Marie, ce sont les feux de circulation qui étaient le point central de la remise de pommes. Par la même occasion, ils remettaient des « coin-coin », aux automobilistes qui contenaient plusieurs compléments d’information importants concernant les normes du travail pour les jeunes. Par exemple, il y est inscrit que les étudiants ne devraient pas travailler plus de 15 heures par semaine, car, au-delà de cela, cela affecte leur persévérance scolaire et leur sommeil. Les élèves du secondaire avaient également reçu ces « coin-coin ». Les Maisons des Jeunes du Témiscamingue ont aidé à plier lesdits  « coin-coin ». « Par cette collaboration, il est possible que les jeunes, à force de les plier, se sont intéressés à ce qui y était inscrit, et qu’ils sachent quels sont leurs droits comme travailleur », explique Amélie Brassard.

Les journées de la persévérance scolaire ont donc été un succès et ont permis de toucher à large spectre la société témiscamienne. « Il en faut peu parfois pour faire une grande différence dans la confiance et la persévérance d’un enfant. Qu’il ait 2 ans ou 20 ans, il est toujours temps d’encourager et de supporter les étudiants dans leurs projets et leurs études », avoue madame Brassard. Une organisation de longue haleine, mais qui aura été soutenue par l’ensemble des acteurs du milieu et qui aura, on l’espère, sensibilisé les adultes également à la persévérance scolaire.  

About the author / 

Claudelle Rivard