Actualités

Entretien avec Steeve Mathias, nouveau Chef de Long Point

0 60

Steeve Mathias a été élu chef de la communauté algonquine de Long point First nation, le 2 août dernier, au terme d’un deuxième tour d’élection, puisque le code électoral prévoit que le chef de bande doit être élu avec une majorité absolue, soit 51% au suffrage universel. Rappelons que monsieur Mathias avait déjà occupé ce poste de 1998 à 2010.

L’expérience de monsieur Mathias s’entend. Il connaît ses dossiers puisqu’il les a portés il y a presque une décennie. Il réaffirme d’ailleurs que les enjeux concernant l’entente-cadre de négociation sur l’assise territoriale signée en 2008 entre la communauté de Long Point et Québec sont toujours actuels. Rappelons qu’en effet, Winneway n’a pas le statut de réserve ce qui est à l’origine de plusieurs flous juridiques et un financement jugé inadéquat par le conseil de bande. « Actuellement, nous avons un financement pour ce qui est communautaire et résidentiel. Ça nous restreint dans nos projets. Le résidentiel, c’est bien beau, mais on ne veut pas être un ghetto, on veut qu’il se passe des choses à Long Point. C’est une urgence de s’attaquer à ça. Il y a beaucoup de jeunes chez nous : la démographie augmente. Il faut donner de l’espoir », affirme-t-il.

Monsieur Mathias évoque aussi ses préoccupations sur le plan économique. « Il faut considérer que nous nous trouvons à l’extrémité est du Témiscamingue et que ça nous limite au niveau du commerce de détail. Encore une fois, le nerf de la guerre est que les questions territoriales ne sont pas réglées. Nous pensons qu’il y a des choses à développer avec les ressources naturelles, mais aussi avec le tourisme. On veut aussi valoriser la culture », clame le nouveau chef. Il a d’ailleurs confiance en son équipe de conseillers qu’il rencontrera très bientôt afin d’établir les priorités auxquelles s’attaquera la nouvelle administration.

Le Chef prône d’ailleurs un développement économique qui dépasserait les frontières de Long Point. « Je pense que si l’économie de Winneway se porte mieux, c’est tout le Témiscamingue qui en profite parce que les gens d’ici dépensent dans la région. Aussi, une entreprise forestière de la communauté par exemple, peut engager des gens de partout. Il faut travailler ensemble. On a besoin du support du Témiscamingue », évoque-t-il.

Finalement, le Chef Mathias envisage l’avenir de sa communauté avec optimisme. « J’ai tendance à regarder la vie avec un œil positif et réaliste. Je vois de belles choses, comme la promotion de notre culture par les arts : je pense à quelqu’un comme Frank Polson qui le fait très bien. Il y a des choses qui se passent aux Gouvernements avec les commissions d’enquête pour le racisme systémique. Je pense qu’il est temps de regarder en avant. On sait qu’à bien des égards le statu quo n’est plus acceptable, mais j’ai de l’espoir », conclut-il.

 

About the author / 

Mathilde Mantha

Passionnée de lecture, d’écriture, d’art et de culture, elle a fait des études collégiales en littérature. Son désir de relever des défis l’a conduite au sein de l’équipe du journal le Reflet où elle peut contenter en partie, sa curiosité et son avidité d’information.