Arts & Culture

Les films de Gabrielle Gingras voyagent à travers le Québec

0 619
Image captée lors de la réalisation du film Scénario

Peut-être l’avez-vous croisé l’été dernier, caméra à l’épaule avec sa longue crinière blonde. La jeune cinéaste Gabrielle Gingras était alors camérawoman et monteuse pour TV Témis. Du haut de ses 19 ans, la Témiscamienne se démarque déjà dans son domaine, alors qu’elle achève son diplôme d’études collégiales en Arts et lettres profil cinéma au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue.

Son parcours

Peu de temps avant de faire son entrée au Cégep, Gabrielle Gingras change d’idée en ce qui concerne son parcours scolaire. Elle s’était d’abord inscrite en science nature, mais à l’aube de la rentrée, elle décide d’opter plutôt pour le programme d’arts et lettres.

Dès la première session, un cours de cinéma donné par le passionné et passionnant enseignant Martin Guérin la séduit. Elle poursuit dans cette direction et se retrouve complètement convaincue de son choix lorsqu’au fil des sessions, les cours se spécialisent dans la création vidéo. « Le programme d’arts et lettres m’a vraiment donné la piqûre », confie la jeune femme. Son objectif pour la suite des choses est de faire son baccalauréat en Film production à l’Université Concordia. Dernièrement, elle a travaillé sur son portfolio puisque le programme est très contingenté et qu’il ne s’agit pas d’avoir un beau rendement académique, mais aussi de présenter ses réalisations. Le programme de cinéma à l’UQAM fait aussi parti de ses options.

Son emploi à TV Témis lui a aussi permis de s’initier au monde de la télé qui lui a plu pour diverses raisons. « C’est vraiment une belle chance que j’ai de travailler dans un domaine connexe à mon champ d’études avec l’expérience que j’ai. Ça me permet aussi de m’intéresser à ma région, à ce qui se fait chez-nous », partage Gabrielle Gingras.

D’ailleurs, Chloé Beaulé-Poitras, la directrice générale de TV Témis n’a que de bons mots à l’égard de la jeune étudiante. « C’est vraiment une passionnée. C’est Émilie Jacques qui m’avait conseillé de l’engager pour travailler avec elle sur un projet. Quand j’ai reçu son CV avec les lettres de recommandation de ses professeurs, ça m’a convaincue. On n’a pas l’habitude d’engager des étudiants en première année de Cégep, mais Gabrielle est vraiment avancée dans ses connaissances et ses compétences pour son âge. Elle a le souci de l’image et du rythme. C’est inné chez elle ».

Sa démarche artistique

Dans ses derniers films, la jeune artiste jouait, scénarisait, réalisait et faisait le montage. « La formation que je reçois au Cégep me permet vraiment d’être polyvalente », renchérit l’étudiante. Elle est particulièrement intéressée par la scénarisation et la réalisation. Toute petite, elle aimait déjà écrire des histoires et rêvait de devenir écrivaine. Elle s’inspire beaucoup de ce qu’elle vit et observe. Elle puise dans les petits moments du quotidien. Elle aime que ses histoires soient pleines d’authenticité et près du réel.

Ses projets se démarquent!

Deux de ses films réalisés dans le cadre de ses cours sont sélectionnés pour les Festivals de cinéma étudiant de Québec et de Jonquière. Dans son film d’animation stop-motion Scénario, elle explore le trouble de la personnalité d’une actrice qui s’attache beaucoup trop à ses personnages. Dans son court-métrage Faut bien partir de quelque part, elle s’inspire de sa première session de cégep avec un scénario à la structure éclatée qui comporte beaucoup de plans rapprochés.

About the author / 

Mathilde Mantha

Passionnée de lecture, d’écriture, d’art et de culture, elle a fait des études collégiales en littérature. Son désir de relever des défis l’a conduite au sein de l’équipe du journal le Reflet où elle peut contenter en partie, sa curiosité et son avidité d’information.