Arts & Culture

FRIMAT : Une relève indépendante musicale vive en A-T

0 148

Revenir au Témis suite au Festival de la relève musicale en Abitibi-Témiscamingue (FRIMAT), c’est aussi constater que la scène émergente en région ne manque pas de vitalité! C’est l’impression qu’Amélie Cordeau retient au terme d’une deuxième année en tant que juge de la vitrine de la relève.

Directrice générale du Rift, Amélie Cordeau a beaucoup apprécié cette expérience unique et privilégier. « Le groupe était super : on a eu du fun et on en a eu plein les oreilles! Il y avait, par exemple, des représentants du FME (Josée Hardi-Paré, Olivier Leidgens, Ian Campbell) qui ont une expertise en musique émergente, il y avait Fred Savard (La soirée est encore jeune) qui est un grand mélomane, moi qui suis diffuseur au Rift, donc on avait un panel complet et diversifié qui représente bien l’industrie musicale », explique-t-elle. Leur rôle était d’attribuer les prix aux artistes qui se démarquaient lors de performances qui ont eu lieu en deux temps : en soirée, les 22 et 23 juillet derniers. Le festival qui gagne en notoriété et en popularité a su remplir les salles en accueillant 3000 festivaliers. Fred Fortin et les Sœurs Boulay clôturaient chacune des soirées du concours et l’énergie de la foule était électrisante.

« C’est vraiment une chance que le festival donne aux natifs et aux résidents de l’Abitibi-Témiscamingue. Il y en a qui ont l’expérience de la scène, alors que pour certains, il s’agissait d’une première. Il y a beaucoup de talent et le FRIMAT est une tribune extraordinaire pour la relève », affirme madame Cordeau.

Pour son mandat de diffusion, elle considère aussi que de participer à un tel jury est riche puisque cela lui permet d’être connecté aux nouveaux talents qui prennent leur essor dans la région. Elle tient à faire la promotion des artistes émergents de l’Abitibi-Témiscamingue et d’ailleurs à travers son mandat pour le Rift. « Depuis quelques années, on a la chance d’avoir une belle collaboration avec la Foire gourmande qui intègre dans sa programmation des gagnants du FRIMAT. L’année dernière, Vertige était de la partie et dans l’édition qui s’en vient, il y aura Rusted qui nous avait vraiment surpris et épatés au FRIMAT. C’est toujours salué que la Foire prenne la balle au bond ».

Madame Cordeau explique cependant que faire de la place aux artistes émergents et marginaux dans les programmations de la Salle de spectacle est un enjeu constant. « On doit toujours trouver un équilibre entre l’offre d’artistes établis et connus par le public et les artistes à découvrir. Il arrive qu’on soit complètement charmé par un groupe et qu’on se demande : comment je peux réussir à attirer la population pour ce spectacle? » Celle-ci fait part qu’il s’agit toujours de très beaux moments lorsque des gens ressortent ébahis de la Salle après avoir assisté à une prestation d’artistes qu’ils ne connaissaient pas.

Les gagnants de l’édition 2017

C’est Marjolaine Morasse qui a remporté le prix du public samedi ainsi que la bourse de la Société Saint-Jean-Baptiste, Shawn Wine & The Winos qui est reparti avec le prix du public vendredi et les bourses “Enracinés” et “Beaux à voir”. Finalement, le prix FME a été décerné à Van Tassel.

 

Crédit photo : Imagine Vicky Neveu photographie

 

Le jury du FRIMAT 2017 dans le photomaton du festival. Crédit photo : Facebook/FRIMAT

 

About the author / 

Collaboration spéciale