Actualités

Friperie, écologie et économies

0 519

Le 10 novembre dernier avait lieu la première édition d’un événement à la fois écologique et économique au centre communautaire de St-Bruno-de-Guigues dont le mot d’ordre était « Ce qui ne me plaît pas fera forcément le bonheur d’une autre ». Il s’agissait d’un vide dressing organisé par Janiphée Guimond et Rosalie Chaumont. Cette activité permet de vendre les vêtements qui ne nous plaisent plus ou qui ne nous vont plus au lieu de les jeter. Les personnes présentes peuvent alors fouiller et découvrir de petits bijoux vestimentaires à moindre coût. L’engouement pour cette première édition a été impressionnant avec 45 tables de vendeuses ainsi que 205 visiteurs qui se sont laissés tenter par les vêtements sur place. Elles ont également trouvé le moyen de redonner à la communauté à travers l’événement.

 

Tout a commencé lorsque Rosalie Chaumont et Janiphée Guimond, deux passionnées de mode, ont remarqué l’engouement de ce genre d’événement en Abitibi et dans les grands centres. « Nous savons que les Témiscamiens ont une belle ouverture pour ce genre de projets et que le mouvement économique et écologique touche de plus en plus notre population. Ça semblait le moment idéal pour promouvoir un vide dressing dans notre région », indique Janiphée Guimond, membre de l’organisation.

 

Les personnes désirant vendre leurs vêtements lors de la journée devaient s’inscrire et réserver une table à l’avance. La journée même, les vendeuses venaient s’installer entre 9 h et 11 h. Une fois installées, elles avaient la possibilité de se promener entre les diverses tables pour faire leur propre magasinage avant l’arrivée des acheteuses qui était à 11 h. Mesdames Guimond et Chaumont voulaient gâter les participantes. C’est pourquoi elles ont trouvé plusieurs commanditaires pour offrir deux sacs-cadeaux de plus de 85 $ de différents produits comme des bijoux, du chocolat, des produits de beauté et plus encore. Chantal Perreault et Hélène Nickner sont les deux chanceuses.

 

Rosalie Chaumont et Janiphée Guimond avaient le profond désir de remettre les profits de l’événement à un organisme. Elles ont décidé de les donner à Mission Tournesol, car cet organisme aide les habitants du Témiscamingue. Les tables qu’elles offraient aux vendeuses étaient louées au coût de 10 $ ce qui leur a permis d’amasser la somme de 450 $. Grâce à la collaboration de la municipalité de Guigues, elles n’ont pas eu à débourser pour la location de la salle et l’argent a donc été entièrement remis à l’organisme Mission Tournesol. De plus, les personnes ne pouvant se déplacer pour vendre leurs vêtements pouvaient les remettre aux organisatrices. Celles-ci ont monté une table Mission Tournesol avec les différents habits et ont amassé la somme de 175 $. En tout, c’est 625 $ que Mission Tournesol a reçu grâce au Vide Dressing de mesdames Guimond et Chaumont.

 

Les organisatrices ont été très heureuses de constater que l’activité à interpelé l’ensemble de la population du Témiscamingue. Il y avait des personnes qui provenaient du secteur Est, de Guérin, de Témiscaming et plus encore. « Une de nos inquiétudes était que ce ne soient que les gens du secteur centre qui répondent à l’appel. On ne savait pas quel rayonnement l’événement aurait et nous sommes étonnées et comblées du résultat. On craignait aussi que la population croie que c’était seulement pour les jeunes et ça n’a pas été le cas », ajoute madame Guimond. En effet, des femmes entre 19 et même au-delà de 60 ans tenaient des tables dans cet événement. La réponse de la population a été exceptionnelle pour une première édition, surtout que le concept est nouveau pour la région. « Les commentaires que nous avons reçus sont très positifs. Plusieurs dames quittaient avec leurs nouveaux achats et se réjouissaient d’en avoir eu pour leur argent ! », indique Janiphée Guimond. Il y avait plusieurs styles sur place, mais également plusieurs grandeurs, de X-Small à 3X-Large. « Il y avait une si belle ambiance entre les femmes, c’était une activité très plaisante », ajoute Janiphée Guimond. Les deux instigatrices du vide dressing sont très fières du projet qui a permis de donner une deuxième vie à des vêtements et de faire une belle action. Une 2e édition est déjà sur la table. « Plusieurs personnes nous ont demandé de réitérer l’expérience, mais peut-être plutôt au printemps. Cela faciliterait la vente des vêtements d’été qui ont été moins populaires », explique madame Guimond.

About the author / 

Claudelle Rivard