Actualités, Chronique estivale

Fugèreville, Latulipe & Moffet

0 383

Cet été, notre journaliste fait le tour des municipalités et des communautés autochtones du Témiscamingue dans une expérience immersive qui vise à découvrir et promouvoir la région. Elle invite les lecteurs à visiter et profiter des attraits du Témiscamingue en partageant sur les réseaux sociaux, des photos d’événements, d’activités et de paysages avec le mot-clic #visitetontémis

 

Fugèreville, Latulipe et Moffet sont de charmants villages situés dans l’Est témiscamien. Alors qu’ils ont parfois la réputation d’être « loin », ils sont certes à proximité des plus beaux et méconnus lacs de la région. Ces villages sont de beaux trésors cachés qu’il faut découvrir, ne serait-ce que pour leur potentiel d’activités en plein air, mais aussi, et surtout, pour les gens qui y habitent et qui font que ces localités gardent leur dynamisme et leur vitalité.

Fugèreville 

À la porte de l’Est témiscamien, Fugèreville possède une des plus belles églises de la région. Fraîchement repeinte avec des touches de bleu, elle mérite qu’on s’y attarde. Si on parle d’activités économiques, on peut certainement dire que l’agriculture y est bien présente : de vastes champs s’étendent aux abords du village.

C’est aussi le point de départ du circuit patrimonial de l’Est témiscamien. Effectivement, le territoire est jalonné de pancartes d’interprétation qui relatent des pans d’histoire méconnus et fort intéressants. Une application de capsules audios est disponible en téléchargement balado, ce qui peut assurément agrémenter l’expérience.

Patinoire rénovée et parc pour enfants font du village un lieu paisible et intéressant pour les familles. Lieu de villégiature, le Lac Argentier est aussi situé à Fugèreville et offre des décors naturels grandioses. Le sentier du lac Honorat avec sa jolie cascade est à voir, tout comme le domaine de la Baie Gillies où les possibilités sont infinies! Camping, sentiers pédestres, plage, hébergement : il s’agit incontestablement d’une plus-value pour la municipalité. Mais c’est aussi dans ces coins forestiers où la nature est mise de l’avant que Fugèreville arrive à briller.

 

Latulipe

En arrivant à Latulipe, on est charmé par l’accueil de la rivière Fraser qui est prisée par les pêcheurs. Les entrées du pont sont peintes par l’artiste autochtone Frank Polson qui y a ajouté ses couleurs. À l’entrée du village, la Quincaillerie de l’Est est un service fort apprécié par les habitants et les vacanciers, surtout parce que Martin et Véronique toujours souriants et attentionnés se font un devoir de bien recevoir les clients.

Latulipe, c’est aussi deux écoles : le primaire et le secondaire qui reçoit les enfants de l’Est témiscamien. Ce qui les caractérise, c’est qu’elles sont ancrées dans leur communauté et que la direction et les enseignantes osent faire autrement. Par exemple, l’école du Carrefour deviendra alternative et misera sur son volet plein air.

Le chemin pédestre de Pointe aux roches qui longe le lac des Quinze, qui offre des points de vue inouïs et un accès au lac pour la baignade, est un incontournable.  Les chutes à Ovide font aussi partie des lieux à visiter à Latulipe, tout comme le pont couvert Landry qui apparaît comme un emblème du village. La plage publique du lac des Bois, superbe plage de sable jaune est idéale pour la baignade et en vaut amplement le détour!

 

Moffet

On peut aussi continuer sa route vers Moffet qui se démarque aussi par les possibilités multiples d’activités extérieures, les liens étroits qui unissent les habitants accueillants et bienveillants et le charme du paysage. L’église tout en hauteur, le dépanneur de la Bottine à Grébiche (magnifiquement décoré!), le Restaurant familial L’étoile de l’Est, l’abondance de pourvoiries décrivent bien le patelin. Riche de son patrimoine, Moffet garde comme un joyau les ruines du pont du Grassy Narrow qui surplombe une partie du lac Simard.

Cet été, osez visiter l’Est témiscamien!

About the author / 

Mathilde Mantha

Passionnée de lecture, d’écriture, d’art et de culture, elle a fait des études collégiales en littérature. Son désir de relever des défis l’a conduite au sein de l’équipe du journal le Reflet où elle peut contenter en partie, sa curiosité et son avidité d’information.