Actualités, Arts & Culture

Jamie Dupuis au FGMAT

0 216

Ce n’était qu’une question de temps avant que le nom de Jamie Dupuis, originaire de New Liskeard, fasse partie de la programmation du Festival des Guitares du Monde de l’Abitibi-Témiscamingue. Et c’est cette année, pour la 14e édition de l’événement, que le rêve s’est réalisé. En effet, le jeudi 31 mai dernier, le guitariste franco-ontarien offrait une prestation des plus impressionnantes devant plus de 300 personnes sur la Scène Agnico Eagle du Petit Théâtre du Vieux Noranda, à Rouyn-Noranda.

En 2010, Jamie était présent au FGMAT à titre de spectateur. Il était venu voir et entendre Tommy Emmanuel, un guitariste acoustique australien qui l’inspire énormément. Huit ans plus tard, avec beaucoup de fierté, il se retrouve sur les mêmes planches qui, jadis, ont été foulées par son idole. Mais le parcours pour s’y rendre ne s’est pas fait en claquant des doigts. Dupuis avait posé sa candidature pour ce festival, il y a quelques années, mais celle-ci n’avait pas été retenue. En se disant que ce n’était que partie remise, l’artiste a continué son parcours de musicien en multipliant sa présence à des festivals, en offrant un nombre incalculable de concerts et en publiant vidéo après vidéo sur YouTube. Et sa stratégie fut des plus gagnantes. Le son de sa musique fut si puissant qu’il s’est rendu jusqu’aux oreilles des organisateurs du FGMAT. Et cette année, son nom s’est retrouvé sur la programmation sans avoir à traverser le processus de candidature. Des 19 spectacles d’envergure offerts, il y avait celui de Jamie Dupuis.

« C’est sûr que la popularité sur Internet fait une grosse différence. Pour les organisateurs de festivals, le nombre de vues de mes vidéos a beaucoup d’influence », explique le guitariste qui compte 29 millions de visionnages à l’heure actuelle avec ses vidéos sur YouTube qui sont partagées sur les réseaux sociaux à travers le monde entier.

Et sur la scène du FGMAT, Jamie Dupuis était à l’aise comme un poisson dans l’eau. En première partie, il présentait ses compositions à la guitare qui sont influencées par différents styles musicaux, en passant par le country, le rock, la pop et le techno, entre autres. Dès les premiers accords, la salle presque comble du Petit Théâtre savait qu’elle avait devant elle un musicien d’expérience. Comme toujours, il maniait la guitare avec un naturel déconcertant. Son assurance et sa légèreté ont immédiatement conquis le public. En deuxième partie, les réactions étaient vives dans la salle lorsqu’il a sorti sa guitare-harpe, un instrument qui demeure encore inconnu pour plusieurs. Sans contredit, ses arrangements musicaux de Pink Floyd, des Beatles, de John Lennon, de Metallica, de Michael Jackson, etc. ont impressionné les spectateurs. En rappel, il s’est assuré que le nom de Jamie Dupuis resterait à tout jamais gravé dans le cœur des amateurs de guitare en interprétant Bohemian Rhapsody, une pièce de Queen qu’il a pratiquée pendant plus de six mois pour parvenir à la jouer parfaitement.

Maintenant que le spectacle est chose du passé, il espère y revenir parce que le FGMAT est pour lui le plus beau festival auquel il a participé. Pourquoi? « Parce que tout est à propos de la guitare. Il y a juste de la guitare, et c’est ça qui me rejoint le plus. »

C’est donc une mission accomplie pour ce p’tit gars de chez nous qui a conquis d’autres admirateurs en enchaînant les accords en toute simplicité et humilité sur cette scène d’envergure internationale.

Photo: Jamie Dupuis

About the author / 

Dominique Roy