Sports & Loisirs

La folie du billard à Ville-Marie

0 447

Du 26 au 28 janvier dernier se tenait le Classique de billard du Motel Louise. Ce tournoi d’envergure en était à sa 9e édition et offrait 14 000 $ en bourses. Les matchs se passaient dans le gymnase de l’école St-Gabriel où 20 tables de billard avaient été installées et les finales se déroulaient au bar Motel Louise le dimanche. Il s’agit du 2e plus gros tournoi au Québec en individuel.

Le Classique

Pour l’édition de cette année, les organisateurs ont reçu 185 inscriptions, ce qui représente une augmentation constante. « La première année, nous avions moins de 100 joueurs sur 8 tables dans un petit local juste à côté de la SAQ », explique Roderick Kearney, membre du comité organisateur. À cette époque, c’était les membres de l’organisation qui faisaient les suivis pour essayer d’avoir toujours des joueurs sur les différentes tables. Désormais, le fonctionnement du Classique du Motel Louise est complètement informatisé. Pour permettre un jeu continu, tous les participants sont enregistrés dans un logiciel de calcul. À chaque fois qu’une partie se termine, les joueurs viennent scanner leur pointage et le logiciel sort automatiquement les joueurs qui prendront la table qui vient de se libérer. « Ce fonctionnement permet un meilleur roulement des parties et facilite grandement la tâche des membres de l’organisation », ajoute monsieur Kearney. Vu les sept catégories différentes, Or, Argent, Bronze A, Bronze B, Cuivre, Mercure et Open, qui se disputent les honneurs dans ce tournoi, le coup de main informatique est bienvenu. Il s’agit d’un tournoi de double élimination, c’est-à-dire que les participants doivent perdre deux séries pour être éliminés. Selon les catégories, les séries comportent un nombre de matchs différent. « Pour la catégorie Mercure, le premier joueur à gagner trois parties remportait la série, pour le Cuivre, le Bronze B et le Bronze A, il devait remporter 4 matchs, l’Or et l’Argent en demandaient 5, et le Open demandait 7 victoires pour remporter la série. Ce fut une très belle édition. Le vendredi soir, une perte d’Internet a retardé toutes les tables d’une heure et, malgré cela, le comité n’a reçu que des commentaires positifs.

Les coulisses

L’organisation demande deux mois et demi de planification. Le comité d’organisation est composé de cinq personnes : Caroline Aubin, Darcy Champagne, le propriétaire du Motel Louise, Denis Champagne, Roderick Kearney et Karine Moffet. Les inscriptions commencent à la mi-novembre et l’engouement général rend le recrutement facile. Pour classer les joueurs dans les différentes catégories, l’équipe se base sur les résultats de la saison précédente ou de la dernière saison qu’a joué le joueur en question. « Nous allons à la pêche aux informations afin d’être le plus fidèle possible dans le classement des participants. Si nous ne trouvons pas, alors on fait quelques parties avec lui pour juger de son calibre », raconte Roderick Kearney. Plusieurs bénévoles permettent la réalisation de cet événement. « Une trentaine de personnes sont nécessaires pour le Classique du Motel Louise, pour la logistique, le bar, l’arbitrage, le déménagement des tables de billard. « Ce tournoi est une véritable aventure pour les amateurs de billard. Une fois qu’ils y ont goûté, ils ne peuvent plus s’en passer, car ils veulent toujours s’améliorer. Ils s’en veulent, bien sûr, s’ils font des erreurs, mais ils reviennent toujours positivement en disant que la prochaine fois sera la bonne », partage monsieur Kearney.

Les gagnants par catégories

Catégorie or : 1er Christian Bernard, 2e Ray Séguin, 3e Joshua Polson

Catégorie Argent : 1er François Jolette, 2e Deon Neale, 3e Patrick Mowatt

Catégorie Bronze A : 1er Martin Veillette, 2e Dan Beaudoin, 3e Roger Bernard

Catégorie Bronze B : 1er Robert Laliberté, 2e Sylvain Robichaud, 3e Manuel Hutter

Catégorie Cuivre : 1er François Arguin, 2e Réal Poulin, 3e Steven Desrochers

Catégorie Mercure : 1er Jonathan Paquette, 2e Sébastien Pinard, 3e Kevin Baulne

Catégorie Open : 1er Michel Desroches

About the author / 

Claudelle Rivard