Actualités

La préfète et les maires sont-ils prêts à vaincre la COVID-19?

0 1268

La situation au Témiscamingue reste toujours sous contrôle et ce malgré les quelques cas confirmés par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT). Les citoyennes et citoyens du Témiscamingue conservent une attitude très positive et suivent de près les mesures annoncées par les différents paliers du gouvernement et le développement de l’état sanitaire à l’échelle la région. La MRC et les municipalités sont toutes à l’épreuve de la conjoncture actuelle, elles ne cessent pas de multiplier les actions et de coordonner leurs efforts afin de maintenir les services d’urgence au service des citoyens.

Si l’une des mesures principales est de veiller à suivre les instructions du gouvernement, Claire Bolduc, la préfète de la MRC de Témiscamingue, quant à elle, exige d’aller beaucoup plus loin et de faire tout effort jugé positif et responsable en cette situation de crise. « On invite les gens à être très attentifs et à respecter les règles à la lettre, c’est une question de santé publique, c’est une question de civisme et surtout une question de respect à l’égard de soi-même et de ses concitoyens », nous annonce la préfète de la MRCT.

Le service d’abord !

Les Témiscamiennes et les Témiscamiens n’ont pas à se soucier de la continuité des services municipaux. Toutes les municipalités travaillent d’arrache-pied afin d’assurer la quasi-totalité des services nécessaires et indispensables en ces temps d’état d’urgence sanitaire. Michel Roy, le maire de Ville-Marie, nous affirme que « tout le personnel est au travail. Même si l’hôtel de ville est fermé au public, nous nous assurons que tous les services sont en fonction ». À son tour, le maire de Lorrainville, Simon Gélinas, s’exprime clairement sur la situation et rassure tous les citoyens de sa municipalité : « On a fermé nos infrastructures municipales, le bureau municipal est aussi fermé au public, cependant, nos employés sont toujours en fonction afin de répondre aux besoins des citoyennes et citoyens de la municipalité de Lorrainville. »

« Les municipalités partout dans la région se sont engagées à déployer toute la logistique nécessaire afin de rendre le service plus efficace et efficient auprès de leurs habitants. Ainsi, que ce soit par téléphone ou par courriel, nous avons renforcé nos méthodes et notre manière de faire afin de répondre à toute question qui pourrait préoccuper nos citoyens ou faire suite à leur demande, nous confie le maire de Lorrainville. Si nous avions des choses qui ne pourraient pas se régler par téléphone ou par courriel, nous pouvons accorder également une possibilité de fixer un rendez-vous le plus tôt possible », ajoute Simon Gélinas.

Le seul choix de la crise

L’un des défis de toutes les municipalités en ce moment est de concentrer leur effort et créer un plan d’action à la hauteur de la gestion de crise et la pression des citoyens. Au Témiscamingue, bien que les enjeux restent bien particuliers, les responsables et les gestionnaires coopèrent et visent une collaboration de prévention et d’action. Ainsi par exemple, à la MRC de Témiscamingue, tout un plan d’action est en vigueur afin de répondre à toute éventuelle situation d’urgence dans la région. « À la MRC, on a adopté un plan de continuité de services pour les citoyens et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’on a formé un comité stratégique dont l’objectif est de veiller à une continuité des services. C’est un plan qui a été élaboré en étroite coopération avec tous nos collaborateurs de la région », nous fait savoir Claire Bolduc.

La mission de la MRC est de s’assurer que le besoin de chaque municipalité soit comblé quelque soit la situation et ce, même dans le cas où il y aurait du personnel en quarantaine « Si jamais nous nous trouvions dans une situation où une municipalité manquerait de personnel en raison de mise en quarantaine, d’autres municipalités peuvent prendre le relais, c’est de l’entraide, c’est de la solidarité et de s’assurer que les services aux citoyens soient continus et qu’il n’y aura pas d’interruption », nous confirme la préfète de la MRC de Témiscamingue.

Bien que la gestion des services de grandes urgences reste l’un des enjeux stratégiques pour la MRC et les municipalités en ce moment, les Témiscamiens gardent toujours l’espoir d’avoir une bonne gestion de ces services en ces temps de crise. Qu’il s’agisse de l’eau potable, du service relatif aux matières résiduelles ainsi que le reste des services d’urgence, l’engagement doit être plus sérieux et surtout basé sur une vision flexible et évolutive étant donné la situation actuelle en évolution constante. Or, les plans d’actions de nos MRC et municipalités de ne doivent pas tenir en compte qu’une situation à court terme, mais surtout toute surprise à moyen et long terme.

Une pénurie alimentaire à l’épreuve

Une pénurie alimentaire n’est pas envisageable, au moins à court et à moyen termes, au Témiscamigne, au Québec, mais aussi au Canada. On ne sait pas à quel point nous sommes capables de préserver nos chaines d’alimentation, surtout avec des arrêts forcés de travail, des mesures draconiennes au quotidien et notamment à l’égard de la situation imprévisible du contexte. « Pas de pénurie chez nos épiceries au Témiscamingue, en revanche, il faut qu’on continue à acheter en quantité raisonnable si on veut éviter toute surprise dans le futur », nous confie Claire Bolduc.

Les communiqués de presse ainsi que l’état des lieux des grandes surfaces de produits alimentaires inspirent assurance quant à la bonne gestion de la chaine alimentaire. D’ailleurs, et pour protéger l’efficacité et la bonne gestion de ladite chaine en ces temps de crise, toutes les mesures de restrictions prenaient en considération la particularité et les enjeux qui accompagnent le bon déroulement de son processus. Au Témiscamingue, les commerçants ainsi que les citoyens se démontrent très coopératifs et c’est pour cette raison que la préfète de la MRC demande aux Témiscamiens de ne pas s’inquiéter quant à la pénurie alimentaire.

Le défi de la distanciation

La distanciation au Témiscamingue reste encore un comportement difficilement acceptable. La nature de la cohésion sociale et du quotidien témiscamien rend très ardue, au moins dans un premier temps, l’adaptabilité aux nouvelles mesures de cette décision de distanciation. En revanche, la population est complétement consciente de l’enjeu actuel et engagée à vouloir mettre fin à ce virus. « On doit travailler tous ensemble, on doit rester chez soi, encore plus écouter les directives. Oui, on peut prendre une marche, oui, on peut profiter du beau temps, mais ne pas se rapprocher des gens. Si tous les Témiscamiens s’engagent ensemble sur cette même voie, on peut rapidement s’en sortir et mettre fin à ce virus-là », nous fait savoir le maire de Lorrainville, Simon Gélinas.

La distanciation sociale implique une volonté sérieuse et très assidue pour que tous les citoyens se préservent et protègent la santé publique. Certes, c’est l’une des mesures les plus difficiles à respecter en ces moments de gestion de crise, mais c’est la seule méthode pour que la courbe de la COVID-19 soit aplatie. Pour la préfète de la MRC de Témiscamingue : « La distanciation sociale est une question de volonté, c’est une question de solidarité et de respect. Merci à tout le monde de répondre à cet appel-là, merci d’y contribuer et de le faire de façon très concrète… »

La désinformation

Bien que les différents paliers du gouvernement ne cessent pas de bien communiquer toute information ou mise à jour de la situation à travers les moyens de communication traditionnels et les technologies d’information, la désinformation reste un fléau très présent, notamment sur les réseaux sociaux. La multiplication des communiqués de presse et l’édition des capsules vidéo officielles font face à une vague de désinformations sérieuse. Les Témiscamiens doivent faire attention à toute information dont la source n’est pas crédible. « C’est très important lorsqu’on partage une information de s’assurer de sa source et actuellement, les sources les plus fiables sont celles qui viennent du gouvernement, qu’il s’agisse du gouvernement du Québec, de celui de l’Ontario ou du gouvernement du Canada », nous affirme Claire Bolduc.

L’information doit être vérifiable, vérifiée et surtout crédible, sinon nous allons semer de l’inquiétude partout au Témiscamingue et un peu partout au Québec et ailleurs. Les Témiscamiens doivent rester vigilants et agir de manière proactive à ne partager que la bonne information afin qu’on puisse traverser tous cette tempête et renforcer notre tissu social chez nous, au Témiscamingue.

Propos recueillis en collaboration avec TV TÉMIS.

Le Reflet témiscamien inc. reconnaît l’aide financière qui lui a été accordée par l’Initiative de journalisme local pour l’appuyer dans ses activités journalistiques.

About the author / 

Moulay Hicham Mouatadid