Actualités

Le baladeur : bien plus que du covoiturage

2 231

L’organisme à but non lucratif le baladeur a assuré 25 849 transports en 2014. Ceux dont le mandat se définit par leur fonction d’organisation et de financement de transport collectif rural se donnent comme mission continuelle d’adapter leurs services aux besoins de la population.

Alors que le territoire du Témiscamingue ne permet pas la mise en place d’un système de transport en commun comparable à celui des villes, le baladeur travaille à offrir des services alternatifs. Le service premier du baladeur est de mettre en contact des gens désirant covoiturer. De nombreuses offres et demandes sont régulièrement acheminées à la répartitrice Geneviève Fournier dont le défi est d’effectuer des jumelages entre les conducteurs qui offrent du transport et les passagers qui en recherchent.

Une forme de covoiturage s’effectue aussi au niveau des personnes âgées qui n’ont pas les ressources familiales pour se déplacer en vue de se rendre à des rendez-vous médicaux à l’extérieur du Témiscamingue (en Abitibi). Des bénévoles peuvent les accompagner en Abitibi pour leur offrir transport et soutien. Ce service est possible grâce à un partenariat avec la table de concertation pour personne âgée du Témiscamingue. Il est accessible aux personnes âgées ne possédant pas de véhicule ou les capacités pour le conduire. Il a été mis en place à la suite du constat d’un besoin criant, la population étant vieillissante et les ressources manquantes pour ce type de situation.

Projets soutenus

Outre le covoiturage par jumelage qui est un maillon important de l’organisme, de nombreux projets nécessitant un transport sont soutenus par le baladeur. Le projet Ski-Bus a organisé une dizaine de transports collectifs l’hiver dernier vers le mont Kanasuta pour que les jeunes de 11 ans et plus puissent pratiquer. Aussi, un transport était organisé en collaboration avec la commission scolaire du Lac-Témiscamingue pour permettre aux élèves de quatrième année d’assister à des cours de natation et une aide est apportée pour le transport des activités sportives interécoles. Un groupe de personnes handicapées s’est également vu accorder du financement pour se déplacer à leur partie de soccer. De plus, un transport collectif des employés des ateliers Kami était organisé pour permettre aux employés avec limitation de se déplacer vers un même lieu d’intégration au travail. Geneviève Fournier, répartitrice et Manon Bouchard, directrice générale assurent que tous projets soumis et jugés pertinents sont considérés par l’organisme.

La maximisation des services fait aussi partie des stratégies employées afin de rendre l’organisme le plus efficace possible. À cet effet, les transports scolaires et le transport adapté sont offerts à la population par le biais du baladeur.

La mission du baladeur est claire pour Manon Bouchard qui insiste sur les principaux aspects valorisés. Le volet social consiste à briser l’isolement en facilitant la mobilité des gens. L’entraide est également au cœur des préoccupations. Il y a aussi des raisons environnementales qui servent à promouvoir les bienfaits du covoiturage et du transport collectif.

About the author / 

Mathilde Mantha

Passionnée de lecture, d’écriture, d’art et de culture, elle a fait des études collégiales en littérature. Son désir de relever des défis l’a conduite au sein de l’équipe du journal le Reflet où elle peut contenter en partie, sa curiosité et son avidité d’information.