Actualités, Arts & Culture

Le Cabaret des mots visite le Témiscamingue

0 100

Pour sa deuxième édition, le Cabaret des mots de l’Abitibi-Témiscamingue s’arrêtait cette fois au Témiscamingue. Il aura visité deux villes soit Ville-Marie le 15 janvier à la Galerie du Rift et Témiscaming le lendemain au Musée de la Gare.

En fait, qu’est-ce qu’est le Cabaret des mots?

Le concept du Cabaret des mots est un moment où des auteurs de la région viennent lire leurs œuvres inspirées par le thème proposé. L’instigateur du projet, l’auteur Samuel Larochelle, nous l’explique. « En fait nous sommes trois auteurs de la région qui formons le noyau de la tournée régionale et dans chacune des villes où nous arrêtons, deux auteurs se joignent à nous. Pour cette édition, j’ai proposé le thème du voyage puisque celui-ci peut être interprété sous plein de formes différentes. »

Les auteurs qui ont fait la tournée régionale sont Samuel Larochelle (Amos), Julie Renaud (R-N) et Andrée-Anne Brunet (Val-d’Or). Lors des deux arrêts en sol témiscamien les auteures Mathilde Mantha et Sylvie Morin nous ont offert leurs créations. Les styles de chacun étant variés, tous pouvaient alors y retrouver un passage ou un récit qui les interpellaient.

Extrait de Va! Va! de Sylvie Morin :

Va, va, belle alouette grise

Va, va, le beau temps reviendra

Sache, belle alouette, d’instinct de résilience

Rappelle-toi, migratrice, qu’il te faut faire confiance

Tu trouveras, immobile, aux silences couvés

Tout à coup neuve, fragile, la force, encore d’aimer

Que les étourneaux fous, les pigeons, les corneilles

N’entendent que les loups tu trouveras tes soleils

Extrait de la performance de Mathilde Mantha :

Il y a une vitesse que je saisis mal

Quand les arbres deviennent des tableaux abstraits

Je n’arrive plus à appartenir à la matière

Sur une nouvelle page Word j’ai esquissé un territoire où les blessures éclosent

Je voudrais qu’on m’y expédie enveloppée dans un papier-bulle une lettre anonyme greffée à ma poitrine

J’ouvre une lucarne d’où s’envole une phrase qui commence par une Peine majuscule et se termine par un point d’encrage

La fenêtre donne sur un fond d’écran toujours des images bucoliques qui n’appartiennent à personne

C’est près de 40 personnes qui ont assisté à la soirée du côté de Ville-Marie. « Dès la première édition l’automne dernier, je voulais inclure le Témiscamingue dans la tournée du Cabaret des mots. À la suite de celle-ci, j’ai été contacté par Josianne Bergeron, responsable de la bibliothèque La Bouquine à la ville de Ville-Marie, qui désirait nous accueillir. Le projet était donc possible avec la collaboration de la Galerie du Rift. Nous avons également approché le Musée de la Gare de Témiscaming pour y offrir la même présentation. Je suis plus que satisfait. C’est au-delà de nos espérances et ça valait le déplacement. » Lors de son passage à Témiscaming, Samuel Larochelle a aussi offert 2 conférences à l’école Gilbert-Théberge sous le thème Comment écrire pour les ados. Il aura aussi eu l’opportunité d’offrir un atelier d’écriture aux adultes au Musée de la Gare.

About the author / 

Mylène Falardeau