Actualités, Arts & Culture

LE RIFT : UN ACTEUR VITAL À L’ÉPREUVE DE LA COVID-19

0 292

Le RIFT a annoncé la suspension et le report de ses activités pour les prochaines 30 jours. Or, à la suite des mesures préventives de santé des différents paliers du gouvernement, le RIFT reporte non seulement ses activités, mais il annonce également la fermeture du cinéma ainsi que de son centre d’exposition jusqu’au 30 mars.

Ces mesures, qui seront mises en place pour une durée indéterminée, ne vont pas pénaliser les détenteurs des billets pour lesdits spectacles. L’équipe du RIFT se chargera de communiquer avec sa clientèle ultérieurement afin de les tenir au courant de la procédure complète.

Pour Amélie Cordeau, la directrice générale du RIFT, « cette décision prise concernant l’annulation des évènements est due aux mesures préventives de santé des différents paliers du gouvernement ». À rappeler que Le gouvernement Legault a ordonné la fermeture de lieux de rassemblement tels que les bars, les gymnases et les cinémas pour lutter contre la pandémie de Coronavirus. Toutes ces mesures sont prises dans l’objectif de réduire la courbe de progression de la maladie.

« Bien que ces annulations touchent environ 3 500 personnes, pour des questions de responsabilité civile et surtout pour des raisons relatives à la protection de la santé publique des Témiscamiens, nous avons pris cette décision de tout annuler et reporter », confie Amélie Cordeau au Reflet témiscamien. La fermeture du cinéma jusqu’au 30 mars n’était pas envisagée dans le cadre de ces nouvelles mesures prises par le RIFT « Nous avons reçu uniquement 30 personnes durant deux journées à la suite des développements de la situation pandémique. Puisqu’il s’agissait de rassemblements de moins de 250 personnes, nous n’avons pas envisagé au début de fermer le cinéma. Or, une fois que nous avons pris connaissance des orientations du gouvernement, nous avons décidé d’urgence la fermeture du cinéma jusqu’au 30 mars », ajoute madame Cordeau dans sa déclaration à notre journal.

Devant cette situation qui risque de perdurer, penser à des alternatives en attendant le retour à la normale est une réflexion qui domine actuellement le personnel au RIFT. Pour la directrice de l’organisme, développer des outils virtuels à l’exemple des capsules vidéos/audios, afin de rester au service des Témiscamiens quelle que soit la conjoncture ou le contexte, est une piste à prendre au sérieux et très envisageable en ces moments de crise.

Malgré la crise et les mesures forcées à la suite de la situation causée par la COVID-19, le personnel du RIFT continue de travailler d’arrache-pied à son bureau. « Nous avons pris la décision de continuer à travailler de nos bureaux malgré l’annulation des évènements. Certes, nos techniciens sont actuellement en arrêt de travail, mais un nombre restreint de nos employés demeure fonctionnel pour l’élaboration et la planification de la programmation à venir. Notre objectif est d’assurer la continuité pour la période d’après cet état d’urgence sanitaire », poursuit Amélie Cordeau.

Le gouvernement du Canada et celui du Québec se sont engagés sérieusement et d’une manière responsable et ce, au fur et à mesure du développement de la situation, chacun dans son domaine de compétence, afin d’élaborer une feuille de route efficace et efficiente dans le cadre de la gestion de cette crise. Or, selon la directrice générale du RIFT, « Monsieur François Legault, le Premier Ministre du Québec, fait ce qu’il faut pour assurer une bonne communication et prendre des décisions compatibles au développement de la situation au Québec. En revanche, le Premier Ministre Canadien, Justin Trudeau, était un peu long dans sa réaction à l’égard de la situation… ».

À noter que la situation en Abitibi-Témiscamingue reste sous contrôle et que plusieurs acteurs locaux ont pris des initiatives très responsables afin de faire face à toute propagation du coronavirus. Pareillement, plusieurs actions, entreprises par différentes composantes de la société Témiscabitienne, ont été constatées sur le terrain, afin de prévenir toute situation qui pourrait nuire aux habitants de la région.

Le Reflet témiscamien inc. reconnaît l’aide financière qui lui a été accordée par l’Initiative de journalisme local pour l’appuyer dans ses activités journalistiques.

About the author / 

Moulay Hicham Mouatadid