Actualités

LES ENTREPRISES AU TÉMISCAMINGUE : LES DÉFIS À L’ÈRE DE LA COVID-19

0 895

Plusieurs entreprises au Témiscamingue gèrent au jour le jour la situation d’urgence sanitaire annoncée au Québec depuis les premiers cas confirmés de la COVID-19 dans la province. Des gestionnaires d’entreprises, des responsables des ressources humaines de sociétés et des chefs d’équipes partout au Témiscamingue travaillent fort pour maintenir un déroulement efficace, efficient et surtout sécuritaire de toutes leurs opérations.

Bien que les directives et les consignes des gouvernements, fédéral et provincial, sont claires et précises, les entreprises au Témiscamingue veulent être encore plus concises dans leurs manières de veiller à la sécurité de leurs employés. « Depuis l’annonce des premières consignes du Premier Ministre québécois, François Legault, nous avons pris toutes les précautions nécessaires et indispensables pour protéger nos employés et assurer un environnement sécuritaire au sein de notre entreprise », fait savoir Caroline Renaud, directrice des ressources humaines de l’entreprise Témisko, au journal Le Reflet témiscamien.

Plusieurs mesures concrètes sont mises en place par les entreprises témiscamiennes afin de faciliter le quotidien de leurs employés en toute sécurité. « Nous avons limité la présence du nombre d’employés sur les lieux en commun ainsi que le lancement d’une grande opération de désinfection, celle-ci est devenue encore plus profonde. Une politique de distanciation fonctionnelle entre le personnel a été instaurée depuis la prise de décision de cet état d’urgence sanitaire. Heureusement qu’on n’a pas ce problème d’espace à l’intérieur de nos locaux pour assurer tout cet engagement de santé/sécurité », nous déclare la directrice des ressources humaines de Témisko. « D’ailleurs, jusqu’à présent, on retient tous nos employés et aucune mise à pied n’a été effectuée. Également, le taux de présence est excellent malgré certaines contraintes liées au système scolaire qui pourrait influencer des familles dont les enfants devraient aller aux écoles et garderies », ajoute Caroline Renaud.

Toujours dans l’objectif de ralentir la propagation de la COVID-19, Karie Bernêche, la vice-présidente de l’entreprise Cardinal, nous affirme que plusieurs mesures ont été prises afin de prévenir tout risque lié au coronavirus. « Nous avons divisé notre groupe en deux horaires afin de mener une bonne gestion de groupe. Nous avons également évité les regroupements en salle de dîner et obligé des habitudes de lavage beaucoup plus exigeantes. Pareillement, nous avons limité les entrées par les portes et permis l’accès à un nombre restreint de fournisseurs », confie la vice-présidente de l’entreprise Cardinal au journal Le Reflet témiscamien.

La main d’œuvre est un enjeu crucial au Témiscamingue dans des contextes de mouvement socio-économique et de crises. Or, les entreprises partout dans la région ne cessent pas de déployer, par tous les moyens qu’ils ont, leur énergie afin de maintenir un équilibre macro-économique. « Pas de perte d’emplois pour le moment, nous sommes en train de fournir des efforts colossaux afin d’assurer tout ce qu’il faut pour maintenir nos offres au service de notre communauté. Nous voulons s’assurer que les approvisionnements nécessaires soient toujours là pour les Témiscamiens. Je pourrais vous confirmer que nous dépendions de plusieurs matières premières que nous continuons de recevoir et qu’il n’y a pas de rupture de stock pour le moment », nous affirme Karie Bernêche.

Quelle que soit l’ampleur de la COVID-19, l’esprit des Témiscamiens reste toujours positif à affronter le contexte actuel et surmonter les défis de la crise, pour minimiser les séquelles financières et les perturbations économiques, qui pourraient éventuellement toucher leurs secteurs vitaux.

Le Reflet témiscamien inc. reconnaît l’aide financière qui lui a été accordée par l’Initiative de journalisme local pour l’appuyer dans ses activités journalistiques.

About the author / 

Moulay Hicham Mouatadid