Non classé, Sports & Loisirs

Les femmes à l’honneur sur la patinoire

0 686

2019. Quatorze équipes ont participé au tournoi pour plus de 150 joueuses du Témiscamingue, de l’Abitibi et de l’Ontario. Il s’agit de l’année avec le plus grand nombre d’inscriptions pour l’événement. Une preuve de la popularité grandissante du tournoi.

Une belle édition

Cassandra Woodberry et Janiphée Guimond, toutes deux membres du comité organisateur, sont très satisfaites du tournoi de cette année. Il y avait trois catégories dans la compétition : récréatif, intermédiaire et compétitif. Dans le récréatif, Boutique multi-surfaces de Rouyn-Noranda a remporté la finale 4 à 2. La Clinique vétérinaire Boréal de Val-d’Or a gagné avec le pointage de 2 à 1 dans l’intermédiaire. Finalement, Électricité R.R. de Rouyn furent les vainqueurs pour le compétitif. Les deux organisatrices s’entendent pour dire que le plus beau moment de la fin de semaine a certainement été le Match de la Relève du vendredi soir. « C’était une belle expérience de créer cette équipe de filles, de voir leur plaisir et leurs réactions », soutient madame Guimond. « Nous sommes contentes également, car il y avait plusieurs spectateurs. Sur l’ensemble de la fin de semaine, 150 personnes sont venues voir les joueuses », se réjouit madame Woodberry.

Clin d’œil à la relève

Pour ouvrir le tournoi, le comité organisateur a eu une idée innovante : réaliser un match de la relève ouvert aux jeunes hockeyeuses de 6 à 17 ans. Elles désiraient offrir l’opportunité à ces 20 jeunes hockeyeuses de jouer une partie dans une équipe composée uniquement de filles. Le match a commencé avec une présentation officielle de chacune des joueuses. Comme l’âge des participantes différait beaucoup, chacune des deux équipes a été séparée en deux selon leur âge. Pendant deux minutes, les membres les plus jeunes des deux équipes s’affrontaient. S’en suivait un coup de sifflet qui annonçait deux minutes de jeu pour les joueuses plus âgées. La partie était plus courte et ne comportait que deux périodes. Entre celles-ci, les joueuses et les spectateurs étaient invités à danser. À la fin de la partie, les jeunes filles ont reçu chacune un sac-surprise. 

Des joueuses inspirantes

Léa-Rose Boucher est une jeune joueuse de 9 ans qui a participé au Match de la Relève le 18 janvier. Pour elle, il s’agissait de la première qu’elle jouait uniquement avec des filles. « J’ai beaucoup aimé mon expérience et le moment que j’ai préféré, c’est lorsque Janiphée Guimond nous a proposé de faire une blague à l’autre équipe », avoue Léa-Rose Boucher. Elle a commencé à pratiquer ce sport vers l’âge de 6 ans. Vu que ses frères jouaient, elle passait déjà sa vie dans les arénas, ce qui l’a convaincue de passer le pas. Ce qu’elle adore dans ce sport, c’est le travail et l’esprit d’équipe. « Aussi, j’aime beaucoup lorsque nous sommes tous dans la chambre et qu’on s’encourage et se motive avant un match », partage Léa-Rose Boucher.

Malyanka Blais, quant à elle, est une hockeyeuse de 11 ans qui a également participé au match de la Relève. Elle a commencé à jouer au hockey à l’âge de 6 ans et elle aime beaucoup l’adrénaline que ce sport lui apporte. Ce qu’elle apprécie également du hockey, c’est que ça l’amène à se dépasser, à travailler en tout temps en équipe et à donner son 100 %. Elle a beaucoup aimé sa partie du Match de la Relève, car elle adore jouer qu’avec des filles. « J’ai été sélectionnée pour faire partie de l’équipe de l’Abitibi-Témiscamingue cette année pour la Coupe Dodge, une équipe composée uniquement de filles », décrit Malyanka Blais. Elle a dû faire un camp d’entrainement pour être choisie et représenter l’Abitibi-Témiscamingue du 11 au 14 avril 2019. Le plus beau moment pour Malyanka Blais, dans le match de la relève, a été lorsque les plus jeunes joueuses de son équipe ont marqué. « Les filles étaient tellement contentes et excitées d’avoir marqué. C’était vraiment beau à voir ! », explique Malyanka Blais. Ce qui est différent lorsqu’on joue qu’avec des filles, selon elle, est l’intégration. « Je m’entends bien avec tout le monde, cela n’a jamais été un problème pour moi, mais pour certaines filles, il est plus facile de s’intégrer dans un groupe de filles », partage madame Blais. Elle adore le hockey et désire continuer encore longtemps.

About the author / 

Claudelle Rivard