Actualités

Mise à jour du plan de mesures d’urgence

0 59

Comme plusieurs municipalités du Témiscamingue, celle de Notre-Dame-du-Nord vient de mettre à jour son plan de mesures d’urgence, une responsabilité municipale obligatoire mais aussi nécessaire selon Kamel Boubaker, le directeur général de la municipalité. « Même s’il y a des délais à respecter, il s’agit tout de même d’informations qui doivent être mises à jour en continu pour éviter les surprises en cas de sinistre, par exemple », mentionne-t-il.

Une obligation

La Loi sur la sécurité civile stipule que toute municipalité locale doit s’assurer que des procédures d’alerte et de mobilisation ainsi que des moyens de secours minimaux pour protéger la sécurité des personnes et des biens en cas de sinistre soient en vigueur sur son territoire et que le tout soit consigné dans un plan de sécurité civile.

Un programme d’aide financière soutient les actions des municipalités afin qu’elles puissent respecter le règlement. La municipalité de Notre-Dame-du-Nord a pu se prévaloir de ce soutien financier pour mettre à jour ses procédures d’alerte et de mobilisation ainsi que ses moyens de secours minimaux.

Une nécessité

Bien que la dernière mise à jour soit assez récente, datant de 2014, M. Boubaker sentait l’urgence de revoir le tout à la suite de la crue printanière. « C’est une situation qui nous a permis de développer nos savoirs et notre savoir-faire à même l’action », précise-t-il. Il faut se rappeler qu’en mai 2019, la municipalité de Notre-Dame-du-Nord, comme celles de Saint-Bruno-de-Guigues, de Ville-Marie et de Laverlochère-Angliers, était sur le qui-vive alors que le débit d’eau était des plus inquiétants. Des mesures d’urgence avaient été décrétées : sacs de sable mis à la disposition des citoyens, inspection des berges par des experts en stabilité de terrain, fermeture de l’accès menant au parc de la Promenade et à la marina, surveillance accrue pour quelques rues et chemins. « Je n’avais pas eu le temps d’étudier le plan d’urgence en profondeur parce que j’étais embauché depuis peu de temps, mais on a réussi à résoudre les problèmes et on a reçu l’appui de la MRC de Témiscamingue et du ministère de la Sécurité publique. »

Les nouveautés

Le directeur général de la municipalité de Notre-Dame-du-Nord explique que le nouveau plan est plus élargi. « Cette fois, nos alternatives sont multiples pour cibler des centres d’hébergement, des centres de relève, des personnes-ressources et des substituts. On s’ouvre davantage sur la région, sur les municipalités voisines, qui ne font pas partie de notre territoire mais avec lesquelles nous pouvons collaborer. À titre d’exemple, des ententes sont à venir pour assurer une entraide entre notre municipalité et celles de Guérin, Nédélec et Rémigny. Même sans ententes, les municipalités sont ouvertes à l’échange de ressources. Même s’il n’y a pas de résolution officielle, c’est le sentiment humain qui agit avant tout. »

Le plan de mesures d’urgence

Du côté de Notre-Dame-du-Nord, la collecte de données est terminée. Le tout fut évalué par la firme StraTJ spécialisée en sécurité civile et en gestion des mesures d’urgence. Le plan sous format numérique est donc prêt et son adoption devrait avoir lieu le 11 novembre. « C’est un plan qui est toujours ouvert à la mise à jour », termine Kamel Boubaker.

About the author / 

Dominique Roy