Arts & Culture

Prix du CCAT : La culture témiscamienne à l’honneur

0 88

Crédit photo : Louis Jalbert


Odette Caron : Récipiendaire Créatrice de l’année

La comédienne Odette Caron s’est vu décerner le prix de la créatrice de l’année par le conseil des arts et lettres du Québec (CALQ) lors de la remise des prix d’excellence du Conseil de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue.

Pionnière de la scène théâtrale au Témiscamingue, Odette Caron est membre fondatrice de la salle Augustin Chénier, du théâtre de la crique et du Théâtre du Tandem pour lequel elle a été directrice pendant 17 ans. Ce dont elle est le plus fière lorsqu’elle regarde le chemin parcouru est d’avoir contribué à l’essor du théâtre en région. « J’ai assisté de près à la naissance de plusieurs projets de théâtre professionnel au Témiscamingue. Il y a une belle constance depuis », partage madame Caron.

La comédienne croit que l’Abitibi-Témiscamingue est une belle scène pour les professionnels du théâtre. « Il y a une place pour la relève et j’en suis bien contente. Au début de ma carrière, j’ai voyagé beaucoup et je me suis installée à Montréal pour explorer les possibilités là-bas (…) C’est difficile pour les acteurs d’en vivre. Moi je conseille de ne pas attendre que le téléphone sonne, mais d’oser avoir des projets », suggère madame Caron qui est d’avis qu’en région, il faut créer ses opportunités. Elle croit aussi qu’un public s’est développé et qu’une certaine demande existe désormais.

Nous avons pu la voir évoluer sur les planches dans les dernières années avec des pièces comme Incroyable mais faux (2007), Lentement la beauté (2012), Un suaire en saran wrap (2014) et Habiter les terres (2016).  La production du théâtre du Tandem Habiter les terres, écrite par l’artiste Marcelle Dubois originaire de Notre-Dame-du-Nord a d’ailleurs remporté le prix Réalisation. Odette Caron y a joué une vieille cultivatrice de tomates. La comédienne et productrice se souvient des premiers balbutiements du projet alors que l’auteure avait été invitée pour une résidence de création.

Ville de Ville-Marie : rédipiendaire Petite collectivité

La ville de Ville-Marie s’est aussi mérité le prix Petite communauté remis à une ville dont la population est inférieure à 5000 habitants et qui se démarque dans la promotion et la diffusion de la culture.

Bernard Flebus, maire de Ville-Marie, se réjouit du prix reçu et considère que c’est « une victoire pour le Témiscamingue au complet ». Il explique qu’effectivement, la vie culturelle et artistique témiscamienne qui converge souvent à Ville-Marie avec des établissements comme le Rift s’appuie beaucoup sur le reste du Témiscamingue d’où proviennent plusieurs artistes et consommateurs d’art et de culture. « Le Rift fait de plus en plus d’événements extramuraux et la MRC à une agente de développement culturel, Véronic Beaulé, qui fait un travail formidable », ajoute-t-il. Pour lui, le prix est le résultat d’une somme de petites actions. « Ça confirme que l’argent investi en culture en vaut la peine. L’effet multiplicateur est important. Pour chaque dollar investi, il y a beaucoup de retombées. Ça fait une différence pour l’attraction et la rétention de la population. Un milieu sans culture, on n’a pas envie d’y rester », conclut-il.

Crédit photo : Louis Jalbert

About the author / 

Mathilde Mantha

Passionnée de lecture, d’écriture, d’art et de culture, elle a fait des études collégiales en littérature. Son désir de relever des défis l’a conduite au sein de l’équipe du journal le Reflet où elle peut contenter en partie, sa curiosité et son avidité d’information.