Actualités

Un Témiscamingue à notre image

0 233

Le lancement de l’image du Témiscamingue a eu lieu le 27 mars au théâtre du Rift devant une foule impressionnante de Témiscamiens. Cette image a pour but de faire connaître et reconnaître le Témiscamingue au reste de la province grâce à divers outils. Ces divers outils découlent d’une réflexion amorcée en 2016. Martin Héroux, comédien originaire du Témiscamingue et Claire Bolduc, préfète de la MRCT et Témiscamienne d’adoption, étaient présents pour la présentation en tant que porte-paroles de l’image du Témiscamingue ainsi que les partenaires et partenaires financiers de la Planification Stratégique.

Le travail derrière la réflexion

Pour réussir à créer l’image du Témiscamingue, ce sont 250 personnes qui ont été rencontrées, plusieurs tournages, des vox pop, des consultations et un 5 à 7 à l’Éden Rouge. 90 % des milieux municipaux ont été rencontrés également. Ils se sont donc questionnés sur la clientèle qu’ils désirent attirer au Témiscamingue. En premier lieu, on retrouve les jeunes, les millénaux. Ce sont les jeunes de 20 à 30 ans qui ont dû quitter le Témiscamingue pour leurs études, entre autres. Il s’agit de la première clientèle cible, car ils ont déjà un sentiment d’appartenance pour la région. En deuxième lieu, il y a les familles que nous pourrons convaincre grâce à la proximité avec la nature, le temps, les activités variées et la proximité avec son milieu de vie. La troisième clientèle est les personnes immigrantes qui seront attirées par nos emplois qualifiés, la stabilité et le port d’attache.

Fier connaitre

Pour réussir à bien vendre le Témiscamingue, il faut plusieurs choses. Il faut d’abord le faire connaître, que tous sachent où se trouve le Témiscamingue sur une carte et quelle est la différence entre l’Abitibi et le Témiscamingue. Martin Héroux disait même « Fier connaître » pour parler de cette action de vanter notre belle région. Il faut aussi le Faire aimer et Faire agir et, pour cela, l’idée est de le rendre très présent sur les réseaux sociaux, les blogues, magazines et publicités diverses. Il faut réussir à faire rentrer le Témiscamingue dans la tête des gens de l’extérieur.

Logo et slogan

Pour l’occasion, le Témiscamingue est désormais doté d’un logo. Ce logo rond comporte divers signes, des vagues dans le bas, des montagnes au centre, qui peuvent aussi faire penser aux toits de granges doubles, et le soleil au sommet. Le tout donne aussi l’image d’un personnage aux bras ouverts. Il s’agit donc d’une contraction entre la nature et l’humain, ce qui représente notre proximité avec la nature. Le slogan a aussi été dévoilé. Il s’agit de Là où on vit. Ce slogan démontre qu’ici, on peut prendre le temps de vivre et notre fierté d’appartenir à ce territoire.

La promotion

Pour la valorisation de notre territoire dans les autres régions du Québec, plusieurs outils promotionnels ont été créés comme des tasses, des autocollants, des gilets ou des sacs réutilisables, pour apporter un bout de Témiscamingue avec soi. Des affiches ont également été créées et seront distribuées un peu partout dans la province. Elles montrent plusieurs facettes de notre région comme les écoles, les emplois, le territoire ou les activités qu’on peut pratiquer ici. Le site Internet a aussi été lancé. Il s’agit du www.vivreautemiscamingue.com et il pourra devenir la carte de visite du Témiscamingue. Sur le site, on a une section sur le territoire, une seconde sur les emplois, une autre sur les formations offertes et, finalement, une dernière sur les activités offertes. Même pour les habitants de longue date du Témiscamingue, vous pourrez découvrir des choses que vous ne connaissez pas sur ce site. www.vivreautemiscamingue.com comporte également un blogue où diverses histoires ou témoignages sur la vie sur le territoire seront publiés régulièrement. Si vous avez des histoires intéressantes que vous voudriez soumettre pour ce blogue, vous pouvez contacter Catherine Drolet-Marchand à ce propos.

Pour le futur, on pourra distinguer trois pôles de développement pour la prospérité du Témiscamingue pour les vingt prochaines années. Il y aura le tourisme d’aventure, l’énergie renouvelable, entre autres avec Onimiki, et l’agriculture, dont l’agriculture biologique pour laquelle notre climat est très favorable.

About the author / 

Claudelle Rivard