Actualités, Communiqués, Sports & Loisirs

Une campagne contre l’abus verbal

0 59

Le Comité arbitre régional de Hockey Abitibi-Témiscamingue lance une campagne de sensibilisation en vue de sensibiliser les spectateurs et entraîneurs aux effets dévastateurs de l’abus verbal sur sa rétention des officiels.

Par l’entremise de deux affiches, qui seront visibles dans les amphithéâtres de l’Abitibi-Témiscamingue, le comité arbitre régional souhaite ainsi sensibiliser les gens qui assistent à des matchs de hockey mineur à l’importance d’adopter un comportement responsable. D’autres actions stratégiques sont aussi à prévoir d’ici la fin de la saison.

« Quand on regarde le portrait global de nos officiels, on dénote que 46 % de nos effectifs sont âgés de 17 ans et moins. Et ça n’inclut même pas ceux ou celles qui ont fait leurs premiers pas cette saison dans le novice demi-glace via le programme Premier sifflet dans cette statistique », relève l’arbitre-chef de Hockey Abitibi-Témiscamingue, Marc-André Manseau.

Dans un contexte où le recrutement de la main d’oeuvre est un casse-tête pour toutes les entreprises de la région, l’arbitre-chef rappelle que les associations de hockey mineur ne sont évidemment pas épargnées par la situation. « Nous sommes intimement liés au marché de l’emploi, parce qu’en quelque part, beaucoup de jeunes le font pour aller chercher leur argent de poche. Et à même ces revenus, ils doivent combler leurs besoins en matière d’achat d’équipement. Certains vont constater cela et préférer se tourner vers un autre travail de fin de semaine. Et quand l’abus verbal des spectateurs et des entraîneurs s’ajoute à tout ça, vous avez un résultat qui ne favorise certainement pas le recrutement ou la rétention chez les plus jeunes. »

« On pourrait penser que les plus vieux ont une meilleure carapace pour accueillir la critique, mais ce n’est pas nécessairement le cas non plus. Des fois, les attaques deviennent très personnelles et certains officiels plus expérimentés vont aussi choisir d’aller faire autre chose de leurs fins de semaine », précise ensuite monsieur Manseau.

Statistiquement parlant, le comité arbitre régional a essuyé une perte de 40 % de ses effectifs en une vingtaine d’années. De 325 officiels en 2000, on en compte 186 certifiés pour la saison en cours. Pour Marc-André Manseau, il ne fait pas de doute que le manque de respect se veut la raison no 1 pour une majorité d’officiels ayant choisi d’accrocher leur sifflet. « C’est évident que notre situation actuelle doit s’améliorer car, actuellement, nos « céduleurs » mettent les bouchées doubles pour compléter leur horaire de fin de semaine. Des fois, ça va jusqu’au vendredi pour finaliser le tout. Parfois, on peut même se trouver dans l’obligation d’annuler des matchs. Ça, c’est bien plate pour le petit gars ou la petite fille qui a attendu son match, sa récompense de la semaine. »

Pour les gens qui voudraient s’initier à l’arbitrage, Marc-André Manseau les invite à communiquer avec leur association de hockey mineur locale. « Quand tout se déroule dans une ambiance positive, c’est un hobby très agréable. On peut y développer de belles amitiés », termine-t-il.

About the author / 

Communiqués