Actualités, Arts & Culture, Sports & Loisirs

Une touche mode au Tournoi d’Hockey féminin du Témiscamingue

0 189

Afin d’ajouter une note de « glamour », le comité organisateur du Tournoi d’Hockey féminin, qui se tenait à Guigues du 17 au 19 janvier dernier, a fait appel aux filles d’Aller Simple.

D’abord, qu’est-ce qu’Aller Simple ? Ce sont Ann-Marie Gélinas (le A) et Sonia Bélanger (le S) qui tripent mode et qui, jour après jour, présentent leurs découvertes et leurs trucs mode sur leur blogue. Elles peuvent autant proposer 3 façons de porter un morceau de vêtement en différentes circonstances qu’un truc infaillible pour rendre les vêtements plus blancs que blancs.

Leur aventure a donc commencé il y a 2 ans alors qu’elles ont réalisé qu’elles avaient un intérêt commun pour le sujet de la mode et qu’elles avaient le goût de le faire connaître. Sans prétention, tout en bonne humeur, elles partagent leur passion! « Nous n’avons pas la science infuse au sujet de la mode, mais nous ouvrons seulement notre porte sur ce que nous aimons, nos trouvailles », de dire madame Bélanger.

Elles prônent principalement la 2e vie des vêtements, ce qu’elles offraient notamment au Tournoi avec un « vide dressing ». Ce concept consiste à vendre ses vêtements à petits prix. « C’est économique et écologique. En plus, lorsqu’un morceau de vêtement ne fait plus wow pour quelqu’un, ça permet que ça fasse un wow pour une autre », souligne madame Gélinas.

Aussi, mesdames Bélanger et Gélinas se sont amusées à présenter plusieurs looks possibles avec les articles promotionnels d’hockey de l’événement. Comme quoi il est possible d’avoir un look professionnel même avec un gilet « Hockey Mom »! « Nous sommes très contentes d’avoir accepté leur invitation et cette expérience a été très satisfaisante », de mentionner les 2 femmes.

Qu’entrevoient-elles pour l’avenir d’Aller Simple ? « Nous voudrions offrir des « pop-up », créer des événements spontanés », d’ajouter Ann-Marie Gélinas. « Nous aimerions aussi offrir plus de vêtements pour toutes les tailles, car présentement, si une femme de 6 pieds veut acheter nos vêtements, ce serait impossible car ça vient de nos garde-robes », renchérit Sonia Bélanger.

Ces deux fans assumées de friperies ont une complicité évidente et les entendre parler de leur coups de cœur donne le goût de les suivre dans leur aventure. Il est ainsi possible de le faire sur Facebook en consultant leur page.

About the author / 

Karen Lachapelle