Actualités

Vers l’avenir avec Vers Forêt

0 81

Le 19 juillet dernier, Jonathan Jensen Lynch a accueilli les médias dans la nouvelle boutique de Vers Forêt. C’est dans l’édifice de l’ancienne Caisse Populaire d’Angliers que Vers Forêt trouve enfin son pied à terre. En effet, depuis la reprise de l’entreprise par Jonathan Jensen Lynch en 2016, les opérations s’organisaient de son domicile. Désormais, il n’y aura plus qu’une seule adresse à se souvenir, autant pour les clients que pour les cueilleurs.

C’est un véritable passionné de mycologie. Les champignons sauvages l’ont toujours fasciné et lorsque l’occasion s’est présentée d’acquérir Vers Forêt, il n’a pas hésité. Depuis, il a développé plusieurs produits pour la vente et avec l’ouverture de la boutique, c’est un nouveau tournant que prend l’entreprise. L’ouverture des nouveaux locaux entraine plusieurs avantages, car les activités de l’entreprise s’y centraliseront. Il y a le coin boutique, les cueilleurs peuvent apporter leurs récoltes, la transformation des produits se fait sur place et la population est invitée à visiter les locaux de transformation. De plus, ce passionné des champignons sauvages peut récolter à travers la forêt publique autour de cet environnement qu’il qualifie de petit paradis.

Bien sûr, ce projet d’envergure ne peut pas se réaliser seul. « C’est une entreprise familiale », précise le propriétaire. Ayant d’autres occupations et une jeune famille, il est difficile de fournir en cueillette et en transformation lors des rénovations. Sa mère raconte fièrement qu’elle l’aide avec la transformation. Jonathan Jensen Lynch explique que, sans le soutien de sa mère et de sa femme, le projet n’aurait jamais vu le jour.

Les valeurs de l’entreprise, tout comme celles de Jonathan Jensen Lynch, sont près de l’écologie et du travail humain. Récolter à la main, dans le respect de la flore, est quelque chose de zen. Voilà où le propriétaire de Vers Forêt va puiser son énergie, c’est dans la proximité avec la nature.

Cet entrepreneur a d’autres idées qu’il désire développer. Son nouveau projet en tête de liste? Développer le mycotourisme. Il s’agit d’utiliser, comme tremplin touristique, la mycologie. En effet, l’étude des champignons pourrait être au cœur de sorties de groupe où il pourrait leur faire découvrir le territoire et la cueillette. Monsieur Jensen Lynch souhaite que chaque résident témiscamien puisse cueillir deux ou trois espèces de produits forestiers en toute confiance. Il pourrait aussi y avoir des associations avec hôtels ou restaurants. Les gens pourraient réserver leurs forfaits, sortir en forêt, découvrir la flore, cueillir le repas du soir et retourner déguster le tout en restaurant. Parions que la créativité de Jonathan Jensen Lynch continuera d’embellir et de diversifier la belle région.

About the author / 

Claudelle Rivard